avant la lettre

[pages en regard]

18.11.05

au vent, là, l'être

(enfants sur les rives du Tasik Chini, Pahang, Malaisie, le 13 août 05) Je rêve parfois de dilution, d’effacement. D’une dune où mon existence matérialisée en le grain le plus infime s’enfoncerait sans le moindre craquement. Longue semaine arc-boutée sur des dossiers particulièrement sensibles, endolorie par un claquage à la cuisse, stressée par une proposition de collaboration télévisuelle, frôlée par des sommeils instables. Une de ces semaines encrouées dans les frondaisons d’heures à n’en plus finir, heures et jours m’extirpant... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 15:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

09.11.05

l'impossible quadrature des villes

(Grenoble, Isère, le 3 nov. 05) De l'avis des chroniqueurs entendus ici et là, c'est la croissance économique et elle seule qui permettra de résoudre les problèmes de nos banlieues. A les entendre pleurer l’enfant perdu (son prénom c’est PIB, si des fois elle traîne dans votre allée…), la croissance est plus précieuse que la prunelle de leurs yeux. D’ailleurs, ils ont bien voulu sacrifier leur vue pour continuer à la défendre, cette croissance, sur l’autel d’un mystérieux courant de pensée qui prévaut depuis le milieu du 18e... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 12:47 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
25.10.05

gobe le globe

(mouche Graphomya maculata sur grande radiaire Astrantia major, Col de Fraisse, Treffort, Isère, le 22 oct.05) A quelle heure vont-ils enfin oser rêver du monde tel qu’il est ? Et quand s’éprendront-ils de la vie ? Comment réussissent-ils à ne pas s’interroger, si ténus si ternes dans ce cosmos qui les écrase ? Pourquoi ne voient-ils la planète que d’une seule et infime extrémité, sans jamais la considérer toute entière ? L’émotion, le mystère, la fragilité essentielle, le miracle, en admettront-ils un jour la richesse immense ?
Posté par Richard G à 13:39 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
18.10.05

il y a du monde au balcon (1)

Profitant d'un dernier jour à Kuala Lumpur, nous nous sommes installés à la terrasse d'un bar chinois, dans une ruelle animée proche du Golden Triangle. Il y avait un immeuble d'habitation de l'autre côté. C'était assez drôle : les gens sortaient à tour de rôle sur leur balcon, comme des comédiens qui jouaient chacun un bout de pièce improvisée. Tout en sirotant ma bière Tiger, j'ai photographié. (Malaisie, le 22 août 05)
Posté par Richard G à 23:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30.09.05

quand je pense à Fernande

(sangsue tigrée, Taman Negara, Pahang, Malaisie, le 11 août 05) ...Papa, ça n'se commande pas... [Après l'orage, les sangsues sortaient du diable vauvert, le corps fixé sur une feuille morte, prêtes à s'accrocher à leur victime. Tendues vers l'inconnu, elles se tortillaient d'envie à notre approche, sans doute appâtées par notre dégagement de dioxyde de carbone ou de chaleur. Leur morsure ne cause aucune douleur, pas plus qu'elle ne transmet de maladie : cette chirurgienne opère discrètement, le scalpel toujours parfaitement... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 14:46 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16.09.05

cupidon en flèche

(libellule non identifiée, Taman Negara, Pahang, Malaisie, le 12 août 05) La conscience est une statue inerte et innervée, qui accueille de sensations provenant de stimulations extérieures. "Faites-moi respirer l'amour, je deviens cet amour", crierait la frêle demoiselle aux aguets... Et quand l'amour se fane, il reste le souvenir de son parfum. Cette remembrance inspire le désir de sentir l'amour à nouveau. Le désir, ce pourrait être cela : une sensation qu'on veut voir revenir. Mais combien d'espérances gâchées quand... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 23:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

02.09.05

juste avant

(Tasik Chini, Pahang, Malaisie, le 13 août 05) C'est quand elle n'a plus envie d'attendre, c'est quand il ne peut plus refuser de l'admettre. Juste avant, c'est trop de soi qu'on veut encore cacher, mais la nécessité de son coeur fait loi. Juste avant, c'est partout pareil. C'est le monde à ses balbutiements. Les oiseaux sont tranquilles, les nuages glissent dans le ciel. C'est le rêve qui cède sa promesse et se retire. Juste avant, c'est peut-être encore mieux. (Ces deux adolescents sont devenus deux amoureux juste devant... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 21:59 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
01.09.05

ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine

(Tockay - Gekko gecko, Pulau Kecil Perhentian, Terengganu, Malaisie, le 19 août 05) Avec près de quarante centimètres du museau à la queue, le tockay est l'une des plus grosses espèces de geckos. Reperé le plus souvent au cri puissant du mâle, un "Gê-Kooo!" répété six ou sept fois, c'est un reptile nocturne qui vit proche de l'homme. Ce couple avait élu domicile sur les façades de notre bungalow. La cohabitation fut harmonieuse. L'aspect placide du tockay cache un caractère joueur. L'animal est en effet capable... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 10:48 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
25.08.05

chronique d'une mort annoncée

(Orang Asli, Tasik Chini, Pahang, Malaisie, le 14 août 05) L'identité traditionnelle de la Malaisie se meurt dans les yeux de ce vieil homme issu des tribus primitives Orang Asli. La population indigène de la péninsule compte aujourd'hui moins de 100 000 âmes. Les Orang Asli sont eux-mêmes divisés en pas moins de 18 groupes ethniques, chacun parlant sa propre langue. On les avait vu jouer un rôle-clé dans la guérilla communiste qui agita le pays dans les années 1950, aidant la junte rebelle par la fourniture de nourriture et... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 20:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
23.07.05

dernières notes sur le monde qui brûle

(savane vers Waterberg, Namibie, le 15 août 03) C’est bientôt la trêve estivale et le début d’un vaste inventaire. Avant La Lettre exhume des extraits de notes non publiées, emmagasinées au cours de l’année écoulée. A considérer comme un possible track-listing pour l'année prochaine.La planète ressemble à un grand ballon glissant. Et personne ne sait vraiment où est la zone de buts. La gestion du monde a de moins en moins de prise. En a-t-elle jamais eu : bonheur collectif n’est dans aucun manuel. Le débat sur le... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 14:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]