avant la lettre

[pages en regard]

02.09.05

juste avant

juste_avant_01_filtered
(Tasik Chini, Pahang, Malaisie, le 13 août 05)

C'est quand elle n'a plus envie d'attendre, c'est quand il ne peut plus refuser de l'admettre. Juste avant, c'est trop de soi qu'on veut encore cacher, mais la nécessité de son coeur fait loi. Juste avant, c'est partout pareil. C'est le monde à ses balbutiements. Les oiseaux sont tranquilles, les nuages glissent dans le ciel. C'est le rêve qui cède sa promesse et se retire. Juste avant, c'est peut-être encore mieux.

(Ces deux adolescents sont devenus deux amoureux juste devant l'objectif. Ils avaient échappé à un groupe pour se promener seuls au bord du lac. Ils se sont assis à cent mètres de moi, tandis que je photographiais les lotus et les pêcheurs. Ils ont beaucoup parlé, longtemps. Enfin, je me suis décidé à braquer l'objectif sur eux, discrètement. Au même moment, le jeune garçon tentait l'estocade.)


Posté par Richard G le 02.09.05 - rouge - Commentaires [20] - Permalien [#]

Commentaires

    Parce que toi, tu vas me dire que tu aurais pas fait pareil, toi ?!

    Posté par , le 02.09.05 à 23:11
  • c'est marrant mon fotolog du jour (posté avant de venir ici) d'une façon diffuse traite du même sujet et il m'est arrivé mardi dernier la même mésaventure photographique (mais le résultat n'est pas du tout à la hauteur du tien).

    Posté par , le 03.09.05 à 00:05
  • On ne voit qu'un seul regard. L'autre est livré à l'imagination de chacun.
    Pour ma part, je l'imagine se livrant timidement à l'effleurement de son voisin. Gêné par ses propres émotions.
    Suprême de solitude : On ne raconte jamais cette ombre-là ni la terreur indicible de basculer sur un instant effrontément irréversible...
    Mais quel plaisir à vivre, envers et contre tout...

    Posté par , le 03.09.05 à 02:34
  • Rougir

    Rougir dans sa réserve, dans la passion ou dans la joie, sans penser à l'éphémère, quand le vent vient contrarier toute espérance de paix, j'appelle cela du luxe. C'est l'une des choses qui permettent de connaître le goût de vivre.

    Posté par , le 03.09.05 à 16:15
  • Jibé : "mais qu'est ce qu'il aurait bien pu faire, juste après?"

    Gilda, j'ai vu ton beau doisneau sur la gazinière, c'est d'une tendresse folle

    Agnès, il y a de la terreur parfois, c'est vrai. Plaisir à vivre, mhhh, cette demi seconde là est-elle vraiment du plaisir?

    Martine : rougir et préserver cette couleur, coûte que coûte, pour qu'elle ne tourne pas au bleu, c'est un autre luxe encore. Mais celui-ci peut coûter plus cher.

    Posté par , le 03.09.05 à 19:19
  • Intimement convaincue que oui.

    Posté par , le 03.09.05 à 22:44
  • On peut sentir leur coeur battre !!! et ils sont seuls au monde quoi qu'il arrive...

    Posté par , le 04.09.05 à 14:04
  • Oh et merci pour le lien ! ça me fait plaisir !

    Posté par , le 04.09.05 à 14:05
  • On vit tous pour ces moments là, non ?
    ...ce court instant, juste avant de sauter dans le vide.

    Posté par , le 04.09.05 à 22:57
  • "C'est le rêve qui cède sa promesse et se retire"... Voilà une phrase dont je me souviendrai...

    Posté par , le 05.09.05 à 04:55
  • Il a parfaitement l'air du jeune homme amoureux, mi fanfaron mi intimidé !

    J'espère que le fait que tu leur aies piqué en douce ce si joli instant leur portera bonheur...

    Posté par , le 05.09.05 à 09:30
  • L'apprenti amoureux a cela de beau qu'il n'a pas conscience de ses approches répétées : les mêmes émotions, les mêmes désirs...tout cela se mèle avec plus ou moins de bonheur. Que cela aboutisse ou non à quelques chose de plus intime, l'apprenti amoureux recommencera inlassablement ces premières approches, tellement exitantes qu'on les croit éternelles.
    C'est drole, j'ai comme l'impression que nous restons notre vie sexuelle entière à être des apprentis amoureux...
    La nature a cela de bien qu'elle nous rend ces rituels relativement agréables, malgrès une répétition lassante pour l'observateur aguéri : tout cela est sans surprise, même si c'est émouvant. Faut au moins ça pour perpétuer l'espèce, non ;o)?

    Posté par , le 05.09.05 à 09:38
  • chu bien une fille tiens

    ... j'adore quand tu parles d'amour !

    Posté par , le 05.09.05 à 10:31
  • J'aime bien quand tu parles de ça.
    Tu le fais simplement bien.
    Et l'image t'accompagne.
    A moins que ce ne soit l'inverse.

    Posté par , le 05.09.05 à 10:43
  • Christie : surtout ne change rien !

    Barnabé : qui de l'image ou du texte a fait le post? La question est aussi vieille que les poules...

    Démo : Oh la la, tant à dire sur ce que tu avances. Y'a du très juste, et aussi du presque cynique là-dedans. Mais j'y reviendrai...

    Anne : d'après ce que j'ai constaté par la suite, le bonheur était en bonne voie

    Anna : vivre pour ces moments-là impliquerait qu'on cherche à les répéter souvent, et donc de rester volatiles non ? J'ose espérer que certain(e)s vivent aussi pour ce qui se passe après, quand tout le vide dont tu parles est à combler...

    Hémisphère M : content de faire des noeuds à ton mouchoir !

    Posté par , le 05.09.05 à 10:51
  • Souvenir de ces provinces de Malaisie ou la tradition musulmane est la plus forte.
    Je voyage seul, et à mon arrivée dans chaque village les jeunes femmes voilées m'abordent, me parlent librement et veulent savoir si je suis marié, combien j'ai d'enfants.
    Etonnement quand je leur dit qu'en Europe il n'est pas rare de ne pas être marié et d'avoir un 1er enfant après 30 ans.
    Souvenir d'attendre un bus en rase campagne et sous un soleil de dingue avec une petite fille de 8 ans.
    On se parle par gestes et par mimiques. Elle rit souvent et moi aussi. En Malaisie et même dans ces provinces ou parfois les fondamentalistes se font entendre publiquement, les filles vont à l'école, n'ont pas appris à avoir peur des hommes, ni des étrangers, sont curieuses, drôles et souriantes.

    Posté par , le 05.09.05 à 11:33
  • Droits d'auteur

    Je me reconnais parfaitement sur cette photo
    (volée )de mon intimité amoureuse et le photographe en question est prié de se mettre immédiatement en relation avec moi pour tractation commerciale minimum !
    Halte à l'exploitation du tiers-monde!

    (Je blague,je fais pareil des fois.)

    Posté par , le 05.09.05 à 23:12
  • Pancho : sourire, mais tu mets le doigt sur un vrai problème, à savoir le droit à l'image. Cela dit, au train où vont les choses, on ne pourra même plus faire de blog :
    - interdit de recopier des paroles de chansons
    - interdit de diffuser de la musique sur son site si elle n'est pas de soi
    - interdit de mettre des photos représentant des personnes susceptibles d'être clairement identifées par un tiers sauf accord explicite
    et j'en passe.

    Posté par , le 06.09.05 à 17:57
  • C'est super, une belle photo avec de la vie dedans. Et dans toutes les cultures et toutes les pays, le premier baiser reste magique, c'est positif

    Posté par , le 07.09.05 à 13:17
  • Quel romantisme!

    Posté par , le 07.09.05 à 17:59

Poster un commentaire