avant la lettre

[pages en regard]

16.09.05

cupidon en flèche

lib_filtered
(libellule non identifiée, Taman Negara, Pahang, Malaisie, le 12 août 05)

La conscience est une statue inerte et innervée, qui accueille de sensations provenant de stimulations extérieures. "Faites-moi respirer l'amour, je deviens cet amour", crierait la frêle demoiselle aux aguets... Et quand l'amour se fane, il reste le souvenir de son parfum. Cette remembrance inspire le désir de sentir l'amour à nouveau. Le désir, ce pourrait être cela : une sensation qu'on veut voir revenir. Mais combien d'espérances gâchées quand les ailes du désir ne nous ramènent pas là où le souvenir nous avait pris...

Posté par Richard G le 16.09.05 - rouge - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    [profond soupir] [remontée de souvenirs] [soupir]
    [retour vers la photo] : elle est belle, la demoiselle

    Posté par , le 17.09.05 à 10:09
  • "espérances gâchées", on ne peut pas mieux dire.

    Par association d'idées, je pense aux anges des "Ailes du désir" (le film de Wim Wenders) ; j'aimerais bien en croiser un à nouveau, mais à d'autres que moi ils seraient si nécessaires.

    Posté par , le 17.09.05 à 12:21
  • Il est cruel, le souvenir, il enjolive le bon et atténue le mauvais. Le présent nous semble fade en comparaison.
    Ou peut-être qu’il est clément, au contraire, en repeignant notre vie aux jolies couleurs de la nostalgie.
    C’est selon..

    Je suis fascinée par tes photos.

    Posté par , le 17.09.05 à 17:38
  • Le désir n'a pas de conjugaison. Il est ici. Dans ce laps de temps qu'on lui accorde. Et s'il devient synonyme de nostalgie, il ne rime plus avec plaisir...
    Alors que faire ?
    Prendre le temps présent.

    Posté par , le 17.09.05 à 23:48
  • Laaadyyy in Reeed, comme dit la chanson...

    Posté par , le 18.09.05 à 13:01
  • Brises

    Le désir souffle, comme le vent, où il veut. Il est insaisissable. C'est pourquoi il nous fait rêver.

    Posté par , le 19.09.05 à 10:58
  • Tiens c'est drole j'ai un post recent appelé 'ails du désir"...tres different et pourtant...

    Posté par , le 19.09.05 à 17:14
  • Le désir, si intense parfois, nous fait miroiter le miracle que pourrait être la rencontre de l'autre.
    Il brouille notre perception de l'autre, pour nous pousser irrésistiblement vers lui.
    Le désir n'est pas autre chose que le prélude à une nostalgie bien réelle, qui est effectivement, son souvenir.

    Posté par , le 19.09.05 à 18:08
  • je viens sur la pointe des pieds humer cet espace...

    Posté par , le 27.09.05 à 21:16
  • espace de jeu

    Hé hé, El...

    Posté par , le 27.09.05 à 22:06
  • "jeux"

    Souvenirs ailés
    Parfums suaves et subtils
    Jeux de l'amour

    Posté par , le 28.09.05 à 21:11

Poster un commentaire