avant la lettre

[pages en regard]

21.07.05

croque vacances (part II)

(crocodile américain - Crocodylus acutus, Tarcoles, Puntarenas, Costa Rica, le 5 août 04) Les lumières s’éteignaient et nos lippes scintillantes n’en étaient que plus visibles. Deux heures moins dix, la série de slows, la moiteur rêvée, les vingt minutes qui éclaireraient toute la nuit ! L’expérience acquise sur les étés successifs ne nous avait pas vraiment appris à tirer une méthode efficace. Nous n’étions restés que de jeunes loups aux abois, farouches obsédés de tendresse et de désir, dont l’émotion malmenait invariablement la... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 01:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

15.07.05

infraliminaire

(asilie sp., Bois des Ramiettes, Theys, Isère, le 10 juil.05) La solitude de ces jours gavés de travail dépouille les dernières certitudes. Je vois certes autour de moi des corps se mouvoir et parler, mais de quel droit puis-je affirmer aujourd’hui qu’ils sont habités par des consciences ? Ma conscience est la seule dont je puis tirer directement l’expérience. Tout le reste n’est qu’objet pour elle, pur spectacle pour cet unique spectateur. Et ce spectacle n’a jamais paru aussi inquiétant. Ce que la radio, la télé, la rue... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 21:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25.05.05

avant l'orage

(Montagut, parc naturel régional de la Garrotxa, Olot, Espagne, le 11 mai 04) Le plaisir des jeux s’étant épuisé, le vieil homme se tenait assis sur le perron de la maison, silencieux, un peu courbé, regardant au loin, vaguement, là où l’herbe bleue et l’herbe jaune commencent à se confondre à l’avancée du soir. Il guettait l’arrivée de l’averse, de la pluie éperdue. Longtemps épris des soleils triomphants, il aimait maintenant l’eau qui ruisselle de toutes parts, l’eau qui déborde et qui dégorge des chemins, tellement... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 20:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16.05.05

oeil pour oeil

    (lézard vivipare - Zootoca vivipara, Col de la Brèche, Cordéac, Isère, le 15 mai 05) Notre regard manque à la Nature, qui se débat dans l’ombre de nos rêves mercantiles et meurt éventrée dans ses merveilleux secrets. [le lézard vivipare est le reptile le plus haut perché de nos contrées, puisqu’on peut le rencontrer jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Il résiste à des hivers de huit mois grâce à son foie qui produit un antigel (glycol) comparable à celui de nos voitures !]
Posté par Richard G à 08:40 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
04.05.05

lignes brisées

  (N 31°06'09''.0 W 003°57'39''.2 - erg Chebbi, Merzouga, Er Rachidia, Maroc, le 13 avril 05) N’est-il pas de géométrie plus savante, de ligne plus monumentale que celle tracée par le vent et vernie par le soleil ? Dans le désert, il y a deux artistes : le souffle du ciel est architecte, l’astre ébloui est peintre. En son creux, l’oasis livre une guerre indolente à son ombre : figés dans un contre-jour implacable, les palmiers font figure de soldats vains. Leurs grands sabres épineux, ils les brandissent contre ... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 22:32 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18.04.05

amazigh, où es-tu ?

     (village de Telouet depuis la Kasbah Tahmi El Glaoui, Ouarzazate, Maroc, 10 avr 05)Si près de la vieille Europe au nord, le Maroc ouvre au sud sur le désert, sur l’infini. Le reg est sa fugue, les vallées entaillées sont ses chemins. Et la roche rouge, truffée de fossiles comme des estafilades dans la chair calcinée, scelle ses souffrances passées et présentes. Malgré ses palmiers enjôleurs, le Maroc n’est pas un paradis. Les tempêtes de sable dans la longue vallée du Drâa, les neiges tardives du Haut-Atlas... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 23:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

31.03.05

les champs de mort

   (paysage après la déforestation, vers Puerto Jimenez, péninsule d'Osa, Puntarenas, Costa Rica, le 11 août 04) On a rasé une haie à l’entrée de mon village. Je croyais que cela ne se faisait plus de couper autant d’arbres. Une haie, ce n’est pas un bout de forêt, sa fonction biologique est bien supérieure. C’est un merveilleux couloir de vie, une veine longue et profonde où circule en toute sécurité une faune abondante. Des saules, des frênes, des arbustes dont je ne connaissais pas le nom formaient là un large... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 00:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
21.02.05

poupée barlie (3)

Suite du feuilleton botanique. Les barlies de Robert, ces orchidées géantes en expansion en France, tardent à fleurir cette année, du moins dans ce jardin venté du nord de la Drôme. Rien n'a changé depuis novembre sur cette rosette, sinon son blanchissement dû au froid persistant. Peut-être aussi que les plantes suivies ne sont pas celles qu'on croyait. Une espèce très voisine de la barlie, l'orchis bouc, fleurit trois mois plus tard. Distinguer ces deux fleurs à partir des seules feuilles est un exercice... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 17:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
07.02.05

pour un sentiment de la goutte d'eau

(sur le sentier de la Sitre, La Combe-de-Lancey, Isère, le 15 mai 04) Pendant des dizaines de siècles, l’Homme n’a cessé d’interroger la Nature, portant son regard angoissé sur les monstres et les divinités de Gaïa, toutes ces créatures qui ne lui ressemblent pas et le concurrençaient parfois. Il a inventé des mythes pour cacher son impuissance à comprendre ce qui l’entourait, cloué d’innocents oiseaux de nuit aux portes des granges pour s’épargner des colères dévastatrices du ciel. Aujourd’hui, et alors même... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 23:42 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
21.01.05

les crocodiles pleurent comme nous

  (caïman, Golfito, Puntarenas, Costa Rica, le 14 août 04)   Selon les continents, 20 à 60 % de la surface des zones humides a été perdue en quelques siècles. Initié dès l'époque romaine, ce mouvement s'est accéléré avec l'avènement de la mécanisation. En France, une politique irresponsable de modernisation agricole a fait disparaître plus de la moitié des marais côtiers en cinquante ans à peine. Le réchauffement climatique, en diminuant les eaux de ruissellement, contribue aussi à la dégradation des zones... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 23:53 - - Commentaires [10] - Permalien [#]