avant la lettre

[pages en regard]

07.11.05

topographie de l'automne

theys_et_le_bois_vert
(Bois Vert, Theys, Isère, le 5 nov.05)

Ces paysages explorent ma mémoire. Là, au fond à gauche, ma mère cueillait des pommes. « Oh, personne ne les ramasse ! », s’excusait-elle en remplissant son grand panier d'osier. Au centre, sous le bouquet de frênes jaunis, des morilles jaillissaient de l’humus luisant de mai, grosses et bosselées comme le poing. A droite, dans la haute forêt qui monte à l'assaut des trompettes-de-la-mort, mon frère s’était mis un jour à hurler de douleur. Une guêpe s'était coincée derrière l'oreille pour lui planter son dard. Moi je crois que j’avais un peu peur de traverser le champ, à cause des vaches.


Maintenant le ciel s’effondre. Un chant : le torrent au fond du vallon. Invisible torrent qui roule et coule un chant de mort. Une odeur de champignons pourris, parfums entêtants d'herbe détrempée. La solitude, le temps qui passe, toutes ces choses dégorgent sous mes pas. On parlerait même de pesanteur enfouie, de bonheur perdu à l'invitation d'un geai qui glisse entre deux arbres. Et ces pentes que mes yeux d'adulte découvrent profondes et sillonnées comme une vieille femme, sa peau tavelée d'automne. Montagne qui pique les sens et fait tomber la pluie, montagne qui sème la neige, gonfle les vents, crie au loup et gardera mes souvenirs.

Posté par Richard G le 07.11.05 - vert - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    Oh, ben mince alors ! J'allais dire "quelle chance tu as eue !" et, remarque, la chance, tu l'as eue, de grandir dans un tel environnement. Mais c'est dommage que ces souvenirs se transforment aujourd'hui en désenchantement... Le paysage semble si beau, même sous les nuages... La roue tourne...

    Posté par , le 07.11.05 à 23:25
  • Oh, c'est un désenchantement provisoire, chuchoté par l'automne. La saison maussade enfle, et la nostalgie avec. Pas de panique. Je reviendrai faire une photo de ces lieux dans six mois, poussé par le printemps triomphant.

    Posté par , le 08.11.05 à 00:35
  • Quelle nostalgie dans tes propos.
    Le temps nous emporte, l'ami, mais les photos et les ecrits restent.

    Posté par , le 08.11.05 à 09:24
  • Envie d'aller m'y promener, tiens, pas forcément en écho à des souvenirs d'ailleurs, juste pour aller en fabriquer de nouveaux. Et puis même pas peur des vaches.

    Posté par , le 08.11.05 à 10:51
  • l'hiver arrive...

    Ce paysage me donne envie de m'enrouler dans une couverture face à un bon feu de bois...

    Posté par , le 08.11.05 à 11:10
  • Je n'ai plus qu'à prendre mon écharpe, enfiler mon manteau et mes chaussures rouges et attendre les flocons de neige ...
    Un bisou, en passant!

    Posté par , le 08.11.05 à 12:24
  • Effet Newton d'Automne

    « Oh, personne ne les ramasse ! »
    Maintenant le ciel s’effondre.

    Et on ne devrait pas s'étonner ?...
    Loi de cause à effet ? Il faudrait peut-être en parler au poète Newton de tous ces souvenirs qui tombent de tes lèvres et de
    tes belles fièvres photographes...

    Quand est-ce que tu écris un livre "pour de
    vrai" Richard, ton grenier à mots et à suc de
    rétine est plein comme un oeuf...

    Posté par , le 08.11.05 à 23:43
  • je m'y suis remis...

    bravo pour tes phtos;je vis desormais sur paris, je n'ai plus le temps de bloger.

    je m'en vais nager et mange;j'ai de bellss phtos en ce moemnt. viens voir des que tu peux!

    je t'embrasse, mec;

    falo.

    Posté par , le 09.11.05 à 12:06
  • J'arrive, Falo !

    Marie.Pool, j'y arriverai bien aussi...

    Posté par , le 09.11.05 à 13:13
  • Ton texte et la photo sont superbes....Toute l'atmosphère que j'aime !

    Posté par , le 10.11.05 à 20:01
  • mille souvenirs de Theys

    je ne suis plus très jeune, mes racines sortent des Berts à Theys et depuis ma naissance toutes les années je suis retournée et même plusieurs fois par an dans ce terroir qui est le mien et où j'ai encore de la famille. Tout y est si beau beaucoup de gens sont partis pour l'au delà mais en passant par les près sur la route qui mène à la Monyagne je les retrouve, moi qui suis allée dans ma jeunesse rendre visite aux bergers des vaches et moutons en transumance. Je n'oublierai jamais.....

    Posté par , le 09.01.07 à 10:03

Poster un commentaire