avant la lettre

[pages en regard]

20.02.06

beso

pezize2
(géopyxide des charbonnières - Geopyxis carbonaria, Pré du Mollard, la Combe de Lancey, Isère, le 7 juin 04)

C’est la Nature qui nous le dit : d’un brasier éteint renaît parfois le baiser. Un baiser de corail qui court sur la chair calcinée des vieux jours, et voilà le printemps qui s’annonce au coeur.

[En chaque baiser le monde tient - et se retire. Le baiser est la plage du monde, sa vague mourante, qui cède un peu de mousse et de sel aux goélands du désir. Bouches aux lèvres mouillantes, sanglantes, susurrantes, aspirantes, déchirantes : le baiser est une digression du langage, où la langue fait parfois diversion. Un baiser volé laisse une part d’incertitude émouvante : la douceur est entrée sous la peau par effraction. Le baiser est une béance, où se dérobe la représentation de l’autre, où surgit son mystère pantelant et assoiffé. Courez, baisers, au devant de l’amour, et ne le laissez pas forcément vous rattraper…]

Posté par Richard G le 20.02.06 - rouge - Commentaires [18] - Permalien [#]

Commentaires

    Ces géopyxides sont comme des bols attendant de recevoir une semence de sens...

    Posté par , le 20.02.06 à 09:43
  • Pas simple de laisser un commentaire, là, tiens... alors j'en laisse pas. Voilà.

    Posté par , le 20.02.06 à 12:26
  • Terrible

    Terrible pouvoir des mots... là où je butinais, insouciante petite abeille (!!!), sur mes blogs de prédilection, tes paroles ont jeté le trouble. Me rappelant à des chagrins tout frais, des peines d'amour perdues. Mais... bientôt le printemps, sortons les filets à papillons, la chasse aux baisers va être ouverte !

    Posté par , le 20.02.06 à 14:43
  • Elle me plait bien cette photo tiens.
    J'ose un commentaire: Sensualité du printemps qui s'annonce(?)...

    Posté par , le 20.02.06 à 15:14
  • Lyriann : mais c'est dégoûtant ça ! (sourire)

    Jibé : merci pour ta subtile présence par ici.

    Fuli : On a hâte de lire tes exploits en matière de chasse aux papillons ! Pour info, ceux que je récolte en ce moment sont sur mes pare-brise, et ça me les brise de part en part...

    Agnès B. J'adore quand tu oses.

    Posté par , le 20.02.06 à 17:12
  • décidément, l'hiver ne se lasse pas de nous faire impatiement attendre le printemps, source de baisers de toute sorte : celui de l'amant ou de l'amante, celui du vent encore un peu frisquet, celui de la pluie encore incertaine, celui de l'air, tout simplement, qui apporte malgré lui nos espoirs de fragances d'été.
    c'est toute notre âme qui se dénude, pour une apogée estivale?
    miam !

    Posté par , le 20.02.06 à 17:40
  • Merci Richard!

    Posté par , le 20.02.06 à 18:06
  • Un baiser de corail brule très certainement ...

    Posté par , le 20.02.06 à 21:18
  • Ca donne envie de fermer les yeux et tendre les lèvres et attendre, pour voir (ce) qui arrivera...

    Posté par , le 20.02.06 à 23:01
  • Baiser? Rose trémière au jardin des caresses....
    ( C'est pas de moi , mais de Verlaine!)

    Posté par , le 21.02.06 à 13:29
  • Comme Jibé, j'aurai tendance à ne pouvoir dire mot sur d'aussi belles paroles...
    Nos lèvres sont gercées par cet hiver froid et triste. Le printemps va nous apporter ses bienfaits pour que nos baisers puissent être aussi doux et parfumés que la pétale d'une rose. Merci pour ces jolis mots Richard.

    Posté par , le 21.02.06 à 15:10
  • Pardon !

    Désolée, Richard je crains d'être lourdement iconoclaste..
    Voilà, cela fait plusieurs fois que je venais regarder cette photo et lire.
    Mais, je restais perplexe.
    Et là, ce soir, ça a fait tilt : ces végétaux m'évoquent des ventouses, pas des bécots .

    Posté par , le 21.02.06 à 18:15
  • Ventouses ou bécots?... Se laisser inspirer par une photo, aspirer par un baiser...

    Posté par , le 21.02.06 à 18:44
  • ...psttt, Agnès B., non ! pas aspirer !
    Ca fait des suçons après, pas très présentable.
    Bon, j'arrête.
    On va croire que je travaille pour Skyrock
    Et puis, c'est pas mon blog...

    Posté par , le 21.02.06 à 22:24
  • baiser volé

    Je chante un baiser
    Je chante un baiser osé
    Sur mes lèvres déposé
    Par une inconnue que j'ai croisée
    Je chante un baiser
    (...)
    Si tout est moyen
    Si la vie est un film de rien
    Ce passage-là était vraiment bien
    Ce passage-là était bien

    Elle est repartie
    Un air lassé de reine alanguie
    Sur la digue un petit point parti
    Dans l'audi de son mari
    Ah ! son mari

    Je chante un baiser
    Je chante un baiser osé
    Sur mes lèvres déposé

    Le baiser - A.SOUCHON

    Posté par , le 23.02.06 à 07:17
  • Brasier Baisers

    Le baiser végétal ou animal ?
    Digression ou Transgression du Langage ?
    Il n'y a pas de réponse autre que singulière ...
    "Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves", dit je ne sais plus qui...
    Aucune importance...On voit les baisers où on veut... Ils se cachent bien parfois... Les débusquer c'est à tenter...
    Attentat au brasier ! Et que ça flambe... sinon... Rien !

    Posté par , le 25.02.06 à 20:48
  • Juste un baiser

    Sur mon blog
    le "Souffle des Mots" a déposé ce matin "Juste un baiser"

    et je trouve le vôtre, au "hasard" de mes pérégrinations sur la Toile ...
    Qu'ils sont doux, tous ces baisers-brasiers ...
    parfois éteints,
    parfois étreints de souvenirs,
    mais toujours passionnés

    Lia

    Posté par , le 04.04.06 à 11:34
  • comme c'est encore joli, tellement,

    Ô le baiser
    son bel
    le fou
    le tendre
    l'assoiffé
    le baiser
    cet être
    qui donne vie

    à la vie

    Posté par , le 28.04.11 à 13:47

Poster un commentaire