avant la lettre

[pages en regard]

11.09.05

quadrillés

quadrillage

grenouille

hlm

cage
(photos France et Malaisie 2003 - 2005)

Idée fixe, hantise, manie. Lieux communs. Idéologie de la rectitude? Culte du rangement?

(L'écologie et l'humanisme sont indissociables, au sens où l'horreur que l'homme inflige à lui-même renvoie indéfectiblement à l'horreur qu'il imprime sur la Nature. Corollaire : on n'améliorera pas durablement le sort de l'humanité sans veiller en même temps à épargner l'environnement)

 

Posté par Richard G le 11.09.05 - noir - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    Rationalisation ?

    Posté par , le 11.09.05 à 21:45
  • je crois avoir enfin compris pourquoi j'aimais tant voir du linge aux fenêtres, ce n'est pas juste pour le côté propret, c'est précisément pour la part humaine des immeubles (généralement tout cubiques) où il apparaît.
    Comme un symbole de résistance (on peut toujours rêver).

    Posté par , le 11.09.05 à 21:55
  • Alpha : Incarcération.

    Gilda : Réincarnation ?

    Posté par , le 11.09.05 à 23:37
  • Ferais tu un parallèle entre les cages à poules dans lesquelles nous habitons et les cages à bestioles que nous possèdons ?
    Pas envie d'être une bête en cage moi, surtout pas. Ca marcherait pas, de toute manière.

    Posté par , le 12.09.05 à 08:06
  • Je me sens tellement en cage ces jours-ci que pardon, pas possible de trouver quelque chose de très sensé à dire...

    Posté par , le 12.09.05 à 09:26
  • l'homme des cavernes se satisfait de construire ses propres cavernes supperposées.
    Mais en plus, quitte à être sécuritaire, il enferme son prochain dans des cavernes munies de grillages.
    Et puis tant qu'à faire, il enferme ce qu'il trouve beau, tant son orgueil le pousse à croire que tout peut lui appartenir.

    Posté par , le 12.09.05 à 09:29
  • Anne : ben alors, qui t'a coupé les ailes ?

    Jibé : Cot cot ? Ca marcherait pas sur toi, pour sûr, tel que je te connais...

    Demo : oui, et c'est un peu la suite du précédent post. On redessine tout dans le parallèle et la perpendicularité pour s'assurer que tout devient mesurable.

    Posté par , le 12.09.05 à 09:45
  • Je note qu'on ne s'occupe pas mieux de notre espèce que des autres.

    Posté par , le 12.09.05 à 09:54
  • Les nasses

    Ta pertinente argumentation photographique,à peine entrevue m'a fait penser au mot "nasse". L'homme mutiplie les nasses , plus fonctionnelles qu'esthétiques pour "retenir du vivant", du consommable... Tout ce qui n'est pas sous nasse, encagé, parqué risque d'échapper au contrôle... de qui ? Il y a toute une thématique de la captation et de la déperdition sous-jacente à ces pratiques.

    J'ai toujours mieux aimé les petits paniers tressés sans couvercle et les cabas où les poireaux odorants dépassent, juste avantle temps d'une petite soupe aux légumes, partagée dans une tablée modeste et généreuse.
    J'aime les maisons, les appartements où il y a toujours possibilité d'une assiette supplémentaire pour l'invité surprise.Où le manque d'argent n'empêche pas l'hospitalité, la vraie !

    Posté par , le 12.09.05 à 10:38
  • question??

    bonjour , je suis etudiante en archi et ta foto de hlm avec le linge au fenetre minteressere bien afin de pouvoir la mettre en exemple dans mon memoire sur la poesie architecturale, jaurai besoin d une info si tu a le temps est ce que tu te souviens ou tu a prise cette foto et si oui au cas ou si tu connais le nom de ce lotissement?
    merci de me repondre si tu as le temps ..
    clemence

    Posté par , le 16.10.07 à 15:45

Poster un commentaire