avant la lettre

[pages en regard]

09.06.05

aurai-je aimé?

oasis_seaux_blog_filtered
(oasis de l'Erg Chebbi, Merzouga, Er-Rachidia, Maroc, le 13 avril 05)

L’amour est la mémoire du plaisir. Il conserve toutes ses résonances, en consigne les éclats dans un cahier que l’on feuillette jour après jour – et les mains qui tournent les pages s’appellent la tendresse. L’amour est le passé présent, le passé de tous les plaisirs qui ont incarné en lui ses promesses. Ce qui l’ébrèche, c’est la cristallisation de plaisirs trop anciens, et tandis que le corps doit s’inventer de nouveaux sangs pour survivre.

Posté par Richard G le 09.06.05 - rouge - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

    Je sais bien que le propre de l'artiste est de voir ou de percevoir ce que les autres ne voient ou ne perçoivent pas. Comment fais-tu cependant pour tomber sans cesse sur de petites "scènes" comme celle-ci, qui est superbe ? On jurerait que c'est arrangé, disposé ainsi pour la photo. Bien sûr, ce n'est pas le cas. La suppression du décor, le cadre "resserré" créent aussi cette impression de mise en scène. Enfin, comment ne pas voir dans cette image (mais c'est sans doute l'influence de ton texte) des hommes de ferraille (et sans doute un peu... seaux/sots) penchés sur des femmes toutes rondes, délicieusement parées ?

    Posté par , le 09.06.05 à 11:19
  • Merci Jacques. Aucun élément n'a été déplacé pour cette scène, à peine recadrée. A l'origine, cette photo devait servir pour un autre texte, sur les amours qu'on entasse dans les seaux et ceux dont on conserve les cendres tièdes, dans une urne précieuse... Mais du coup, la relation image-texte était trop parlante

    Posté par , le 09.06.05 à 11:33
  • Souvenirs de sable.

    L'homme, allongé sur le sable, guettait le ciel pour y surprendre les dernières étoiles à l'approche de l'aube . Mais ,une seule , lui montrait le chemin , celle qui brillait dans ses yeux...

    Posté par , le 09.06.05 à 20:12
  • Moi, j'aime...

    surtout la petit cruche, un peu fêlée...

    Posté par , le 09.06.05 à 21:22
  • Le bruit des seaux

    Cela ramène à l'enfance cette offrande de récipients métalliques et céramiques... Je ne sais pas pourquoi, ou alors je le sais un peu, mais c'est peut-être trop intime pour en parler trop longtemps "à main levée "(c'est ainsi que j'écris toujours sur ton blog, par pur plaisir de laisser les mots pousser comme des bambous sonores sur tes invitations poético-photographiques...).Il y a beaucoup de féminité (je veux dire de douceur) dans ta cueillette par le Monde. On dirait que tu ne peux pas agresser ce que tu vois et c'est une qualité extrêmement émouvante chez un homme. Comprends-tu pourquoi je te dis çà , à toi, que je ne connais pas ? Le seau en zinc (?) me rappelle ceux que nous plongions au fond du puits en Beaujolais, pendant les vacances scolaires, il n'y avait qu'une pierre d'évier, là où nous logions...Et j'entends le joli bruit du seau qui remonte en bringueballant entre les parois terrifiantes du puits. J'avais très peur de me pencher au-dessus et le retour du seau me rassurait vraiment...
    Les céramiques peintes, c'est la beauté mise à la portée des rituels du quotidien, et ça aussi ça compte pour beaucoup dans la vie...

    Posté par , le 10.06.05 à 20:37
  • raaaa merzouga, les dunes ...
    Joli texte l'ami, et la photo très sympa.

    Posté par , le 10.06.05 à 23:59
  • Photo et texte comme fait l'un pour l'autre. Mes yeux vont de l'un à l'autre dans un doux murmure de plaisir.

    Posté par , le 11.06.05 à 12:36
  • L'amour, c'est souvent le pot de terre contre le pot de fer. Mais lequel fêle l'autre ?

    Posté par , le 11.06.05 à 21:09
  • Voilà

    voilà le lien vers le blog 'avant la lettre' est sur mon site.

    SVP, ne me faites pas de proces je l'enlèverais si il faut.

    Posté par , le 11.06.05 à 23:37
  • Voilà

    voilà le lien vers le blog 'avant la lettre' est sur mon site.

    SVP, ne me faites pas de proces je l'enlèverais si il faut.

    Posté par , le 11.06.05 à 23:38
  • Sinon j'ai une communication à passer qui n'a rien à voir:

    Juste un petit mot pour dire qu'on a besoin de monde sur bnflower.com pour diffuser les nouveaux talents de la musique française qui pour l'instant restent dans le ghetto musical ou ils sont confinés. Si cette initiative vous plait vous pouvez faire passer le message ? merci.

    Bref rejoingnez le côté clair de la force en devenant une Bee !

    Cordialement,
    Yohan, yozine.net

    Posté par , le 11.06.05 à 23:42
  • Je cherchais un apaisement, je le trouve ici, pas tant dans le texte, au demeurant tout ciselé, du grand art, mais qui parle d'amour dont je ne connais quasiment que les tourments et la survie rendue difficile,
    que par ta photo.
    Il y a une harmonie très forte dans sa composition peu importe qu'elle soit fortuite ou voulue.
    et la bonne lumière.

    Posté par , le 12.06.05 à 00:41
  • Merci Yohan pour ton hommage. Euh, les procès pour ce genre de crime, je vois pas trop l'intérêt . En revanche, je risque de ne pas avoir de temps pour vous aider dans votre (super) démarche...

    M'ci Gilda... Tourments et survie de l'amour, ouille ! A ce point ?

    Garg, il est vrai que nous ne sommes pas tous du même métal face à l'amour. Mais tant qu'il ne nous laisse pas de bois, il mérite d'être vécu non ?

    Oh ben alors Rita, s'il y a du plaisir, faut pas se gêner...

    Marie.Pool, vous me faites rougir... comme une petite fille.

    Posté par , le 12.06.05 à 11:26
  • Moi, j'aime aussi...

    ... la merveilleuse photo (mais Richard nous a accoutumés, en la matière, aux nourritures les plus recherchées, aux saveurs puissantes et délicates à la fois...),
    ... le beau texte qui lui fait contrepoint, l'amour qui est la trame de nos jours et de nos nuits,
    ... le commentaire de Jacques L., l'homme de fer et la femme de terre, cela se passe au crépuscule,
    ... et quelque part, pas loin, on entend le bruit de l'eau qui coule dans une petite rigole et va arroser les citrouilles.

    Posté par , le 12.06.05 à 19:44
  • Pourquoi rougir ?

    Pourquoi rougir de se montrer tel qu'on est ?
    L'intelligence du regard et de la parole serait-elle devenue honteuse ?

    Posté par , le 13.06.05 à 11:43
  • très joli Richard, comme toujours...

    Posté par , le 13.06.05 à 15:17
  • Faïence

    Dans la faïence de ses yeux, une brêche s'était ouverte, laissant couler les larmes, en rivière de sable.

    Posté par , le 13.06.05 à 20:45

Poster un commentaire