avant la lettre

[pages en regard]

24.02.05

vue basse des politiques, main basse sur l'environnement

(le Sappey-en-Chartreuse, au fond la vallée de Grenoble et le Moucherotte, Isère, le 18 janv.05)

Des personnages aussi imbéciles que fous furieux apparaissent dans l'inénarrable film culte Monty Python Sacré Graal : les Chevaliers du Ni, peu enclins à dire autre chose que « Ni…Ni… » et décidés coûte que coûte à faire barrage aux mythiques conquérants. Depuis quelques temps, je m'amuse à comparer certains énergumènes du Parti Socialiste à ces désopilants et prévisibles moustachus, bardés de négativisme jusqu'au plus petit neurone. Dernier gag, et non des moindres, la posture du groupe politique à l'égard du vote de la prochaine Charte de l'environnement. Ce texte constitue une avancée fondamentale pour l'écologie puisqu'il prévoit d'ériger le droit pour tous à un environnement sain, en même temps qu'il octroie un droit à celui-ci. Dès son article premier, la Charte reconnaît ainsi « le droit de chacun à vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé». Elle indique des objectifs constitutionnels, c'est-à-dire des objectifs que les pouvoirs législatifs et exécutifs futurs devront atteindre, marquant un volontarisme inégalé dans la politique française à l'égard de la Nature. France Nature Environnement (FNE), la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement, et l'Union fédérale des consommateurs – Que Choisir ont applaudi l'initiative d'une charte et soutiennent le texte en l'état, quand bien même certains points mériteraient d'être affinés. « Aucune des faiblesses de la rédaction de la Charte et des regrets qu'elle laisse ne peut justifier son sabotage », précise-t-on à FNE. Le vote des parlementaires le 28 février au Congrès engagera le pays tout entier dans l'orientation de notre politique environnementale future. Pour être adoptée, la Charte nécessite le vote positif de 3/5 des députés. Vu la démobilisation d'une petite partie de la majorité présidentielle elle-même (Edouard Balladur en tête), le texte risque d'être enterré si la position menaçante du Parti Socialiste n'évolue pas. Tout récemment, le très bête Jean-Marc Ayrault, président du PS à l'Assemblée nationale, s'est ainsi exprimé : « Si les socialistes disent non, je peux vous dire que cette charte ne passera pas et c'est le Président de la République qui en portera seul la responsabilité ». Encore une fois donc, les luttes partisanes l'emportent sur le débat démocratique. L'irrationnel, motivé par la paranoïa du pouvoir, obstrue durablement les consciences et hypothèque le sens des responsabilités de nos élus. Le Parti Socialiste, sans doute gêné aux entournures quand il tâche, tant bien que mal, de brandir un Oui pour le traité de la Constitution européenne aux côtés de ses adversaires, a dû calculer qu'il devait nettement marquer sa différence. Manque de bol, c'est encore l'environnement qui va en prendre un coup. Et la crédibilité de la classe politique qui en pâtit un peu plus.

Posté par Richard G le 24.02.05 - blanc - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    Et cette charte elle va vraiment apporter quelquechose où c'est encore de la poudre aux yeux? Quand j'ai entendu parler notre crétin de ministre de l'environnement la soutenir ça m'a presque fait froid dans le dos...

    Posté par , le 24.02.05 à 17:26
  • à Lew

    Cette Charte sera inscrite dans la Constitution (texte fondateur de la 5e République, n'est-ce pas), et adossée à la Déclaration des Droits de l'Homme. Il faut la voir à la fois comme un référentiel éthique et une dimension structurante de l'action publique. Elle dote de fait l'environnement d'un statut juridique. Oh, il y a des imperfections dans ce texte. L'article 5 sur le principe de précaution a été jugé léger, stigmatisant un peu trop les scientifiques. Il ne va peut-être pas assez loin non plus sur la réparation des dommages causés. A contrario, un échec devant le Congrès bloquerait pour longtemps toute tentative similaire.

    Aux dernières nouvelles, les Verts, l'UDF et une partie des communistes vont la voter.

    Posté par , le 24.02.05 à 18:50
  • On en apprend des choses sur ton blog...

    Il y a bien longtemps que je n'arrive plus a croire un mot qui sort de la bouche d'un homme politique, peu impore qui il représente, et peu importe dans quel pays il habite.

    Misère.

    Posté par , le 24.02.05 à 19:27
  • Il est grand temps...

    Bien vu le "Ni...ni !"
    C'est particulièrement agaçant de constater que quelque soit la tendance politique au pouvoir, on assiste au même laisser aller face au problème de l'environnement et de sa protection.
    Cette charte sera(it)donc un 1er pas qui marquerait enfin des prises de position et un début d'action.

    "Après moi le déluge" pensent peut être nos élus ? Ça tombe bien, il est en route...

    Posté par , le 25.02.05 à 09:10
  • Quelle est la position de la charte de l’environnement au sujet des lapins tueurs et des vaches volantes ?

    Posté par , le 25.02.05 à 11:15
  • Sacré Richard G(raal) !
    Les socialistes sont très bien dans le ni-ni, et les verts pas mal non plus dans le rôle de ceux qui imitent le bruit des chevaux derrière les chevaliers de la table ronde qui font semblant de galoper.
    Tu es mieux renseigné que moi. J'avoue de mon côté être assez sceptique sur les chartes, lois... Grande spécialité Française, de promouvoir tout un tas de textes qu'on applique finalement jamais.
    En conseil des ministres au bout du compte, ce sont les lobbyes de l'industrie, de la distribution, de l'agro alimentaire, du tourisme, ou de la finance qui prennent le pas sur les impératifs environnementaux.
    A la décharge des différents ministres "verts" qui se sont succédés, l'arbitrage gouvernemental n'a pratiquement jamais joué en leur faveur (Cf. la risible fin de l'écotaxe et du principe pollueur/payeur).
    Députés et autres potentats délocalisés sont au garde à vous devant la promesse de 2,5 CDD dont 70% des charges sont prises en charge par la collectivité.
    Si les arbres et les animaux votaient, je connais pas mal d'élus qui finiraient en engrais pour exploitation bio.
    Mais surtout : Ne Pas Baisser Les Bras.
    Jamais.

    Posté par , le 25.02.05 à 15:14
  • ___

    LVN > Des élus engraissés en engrais, miam ! dit le bousier nécrophage...

    Swahili > je vois que tu as de belles lettres toi aussi La scène du lapin blanc faussement tout doux qui garde la grotte, c'est un peu Chirac qui défend son fief non ? Et la vache qui vole, c'est Hervé Gaymard (rappelons-nous qu'il avait osé dire : "si ça ne tenait qu'à moi, les loups, je peux vous garantir qu'il n'y en aurait plus" alors qu'il était ministre de l'agriculture industrielle. On peut pas prendre les électeurs pour des cons très longtemps, ouf !)

    Pintel : "Misère, misère, c'est toujours sur les pauvres gens que tu t'acharnes obstinément" (Coluche)

    Heidi > ce matin dans la Libé, José Garcia a dit un truc du genre "j'aime quand les politiques se mettent d'accord, disent oui ensemble". Ben je suis pareil. Cette vanité de l'opposition, souvent teintée de haine, finit par hacher menu l'esprit de cohésion dont j'aimerais voir mon pays se parer.

    Posté par , le 25.02.05 à 19:01
  • j'ai défendu la charte de l'environnement sur le
    blog de DSK il y a un moment de ça.

    Posté par , le 25.02.05 à 21:14
  • Merci de l'info, Rosalie. Faut que j'aille relire le blog de DSK - me souviens plus qu'il en avait parlé.

    Posté par , le 25.02.05 à 23:00
  • Je n’y aurais pas pensé mais c'est bien vu! Les Monty phyton à la place des marionnettes des guignols de l’info, "ça le fait"

    Posté par , le 28.02.05 à 09:50
  • Bon merci pour ta réponse, j'espère que ce sera un plus alors... mais encore j'ai des doutes.

    Posté par , le 28.02.05 à 17:25

Poster un commentaire