avant la lettre

[pages en regard]

20.10.04

le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau ?

Constituer le fait historique n'est pas tout. Il faut relier les faits les uns aux autres, établir des relations de causalité qui rendent compte de leur enchaînement. Le déterminisme sur lequel se fondent les sciences de la matière implique que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Pareil déterminisme ne saurait être établi dans les sciences molles que sont l'histoire ou l'économie. Dans ces domaines, où tout influe sur tout, le savant ne peut isoler les causes déterminantes avec la même rigueur que le physicien qui sait (re)construire un système clos de causes et d'effets en nombre limité. Une approche scientifique du social voudrait  considérer les faits comme des choses et baliser le champ de la compréhension en excluant l'interaction des facteurs sociologiques, biologiques, sentimentaux multiples. Refaire le monde, pour donner un avenir décent à ces enfants, impliquerait nécessairement de refaire l'homme. Mais qui peut se charger d'une tâche aussi… surhumaine ?

 

Posté par Richard G le 20.10.04 - noir - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    Malheureusement, rien que ton texte. Pas d'issue non plus.

    Posté par , le 20.10.04 à 11:55
  • Tu finis sur une note bien pessimiste. Et je dois dire que ça me dérange un peu. Parce que c'est bien ça qu'il faut redonner à ces gens: l'espoir...bon ouais, facile à dire, mais la naïve que je suis ne pouvait s'empêcher de réagir

    Posté par , le 20.10.04 à 14:48
  • La science (normalement) n'hésite jamais à remettre en cause le savoir qu'elle a établit.
    Pour l'homme, on a historiquement vu à quelles extrémités un rêve de reconstruction de l'homme a pu les conduire.
    Peut être que c'est plutôt dans la reconnaissance de la dimension de l'humain, de ses désirs démesurés, et de ses limitations inévitables qu'il y aurait à espérer d'une refondation de la perception de l'être humain par lui-même.
    Mais peu en ont envie.

    Posté par , le 20.10.04 à 15:10
  • science molle

    J'ai eu un cours de près de 30 heures d'épistémologie de l'histoire : est-elle une science, ce qu'elle peut nous apporter, quels sont ses ambitions, ses buts, etc.
    J'en suis sorti avec encore plus de questions et de doutes mais sans pour autant douter de l?utilité de ces sciences molles.

    Sinon, je pense que cette tâche surhumaine que tu évoques ne l'est pas tant que ça si chacun y met un peu du sien. On peut toujours commencer par soi et tenter d'influencer les autres.

    Oui, je sais. Je suis un peu idéaliste.

    Posté par , le 20.10.04 à 16:42
  • je devrais être plus sérieuse

    tu as lu Le Tiers monde dans l'impasse, toi !

    .. j'ai habité dans un endroit qui ressemble à celui de ta photo, près d'enfants qui ressemblaient à ceux là, ça fait plaisir de les retrouver comme en rêve.

    Posté par , le 20.10.04 à 16:54
  • précisions

    1) J'ai du mal à être optimiste par les temps qui courent, le nez dans le guidon avec des élus politiques veules et dotrinaires, et veuillez m'en excuser.

    2) Le pays de ces enfants, le Costa Rica, est une république bananière à la solde des Etats-Unis. En même temps, l'ingérence américaine permet à ce pays sans armée de vivre avec une paix que n'ont pas ses voisins (i.e. le Nicaragua, dont la guérilla fut nourrie par ces mêmes ricains). Un sondage paru cet été montrait que les "Ticos" croyaient de moins en moins à la démocratie (66 %, en chute de 10 points par rapport à l'année précédente). Le salaire moyen est de 350 euros là-bas et l'insécurité notamment marchande (trafic en tous genres) explose.

    3) La Vita Nuda, refondre la perception de l'humain par lui-même, est-ce scientifiquement possible? C'était, en des termes plus roides, ma conclusion très provisoire.

    Posté par , le 20.10.04 à 19:53
  • Il faut des gens qui témoignent et qui dénoncent. Merci d'être de ceux-là.

    Posté par , le 20.10.04 à 21:02
  • Je passais par la...

    Et je repasserais souvent je pense.

    Ta definition des siences molles me plait, mais permets moi de retourner ton argumentaire comme un gant.

    Une aprehension plus humaine des sciences dites exactes, envisagee sous l'angle sociologique et l'etude historique des changements de perception ne permettrait-elle pas,(en fesant evoluer notre vision de la realite d'une verite lourde et betonnesque vers une perception plus souple du reel) ne permettrait-elle pas de rendre l'humain un peu plus...

    humain?

    Hum je ne te trouve pas si pessimiste que ca finalement.

    Posté par , le 21.10.04 à 19:52
  • Merci pertinents contributeurs !

    Del4yo, ton argumentation me plaît. Et quand tu fustiges une vérité bétonnesque, ça me touche. Sans verser dans le panthéisme béat, j'ai envie de croire qu'un peu de spiritualité, nourrie par un regard plus attentif vers la nature et la diversité du vivant, nous aiderait à surmonter bien des défaites de la (con)science.

    Posté par , le 21.10.04 à 21:04
  • merci Richard... ça ne changera peut être pas le monde mais ça me fait penser à une phrase de ... soeur Emmanuelle je crois mais je ne suis pas sûre :
    "ce que nous faisons n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, mais si nous ne le faisions pas, cette goutte manquerait à l'océan "

    Posté par , le 29.10.04 à 02:03

Poster un commentaire