avant la lettre

[pages en regard]

28.10.04

sous l'automne, la page

Aérer, juste après l'aube, son petit moral dans les futaies rougeoyantes, promener sa mélancolie sous les rais embrumés de l'astre humide, confier ses peines indicibles aux limaces qui rongent les vieux lactaires, guetter la stridence maladive d'un dernier grillon. Ne rien perdre de l'heure ni des choses. Admettre sa solitude contre le tronc crevassé d'un sapin, respirer l'odeur forte de résine et d'humus mêlé. Se dire que tout ça existe encore, les touffes folles à l'anse des ruisseaux, les pépiements ténus des roitelets à la couronne des arbrisseaux, la mousse qui étoile les murs délabrés d'une ancienne chaumière. Laisser l'intuition s'éveiller par-delà ses habitudes de penser. Croire à ce qu'on voit, voir ce qu'on regarde, regarder ce qu'on veut. Et la vouloir, cette nature bruissante, capiteuse, fumante. Grelots aigres du cornouiller ! Or et onyx des salamandres ! Jupe froissée de l'amanite ! Il est là, le chevreuil jaillissant des bouquets de fougères ! Vous le verrez aussi, le lourd rapace fuyant le bec imprécateur des corneilles.

Pour le loup, il faudra peut-être se raconter encore beaucoup d'histoires.

Posté par Richard G le 28.10.04 - jaune - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    De bien jolis mots pour cette bien belle saison.

    Posté par , le 20.09.05 à 21:38
  • Merci Ben ! L'automne, belle saison? Sentiment complexe, de vie ensommeillée, d'avant-mort.

    Posté par , le 20.09.05 à 21:45
  • Incarnation

    Jules Renard, sors de ce corps !

    Ou plutôt non, restes-y...

    Posté par , le 28.10.04 à 15:44
  • Encore...

    ... alors profitons-en tant que ça dure...

    Ah, odeur des mousses et des sous-bois, flic flac des bottes sur humus humide...

    Pour le loup hélas... j'ai peur que les légendes ne soient tenaces...

    Posté par , le 28.10.04 à 15:55
  • "Laisser l'intuition s'éveiller par-delà ses habitudes de penser."

    Je retiens particulièrement cette phrase comme un dicton à se répéter tous les matins.
    Malgré.

    Posté par , le 28.10.04 à 15:58
  • hmm, envie de balades au petit matin

    à Paris, c'est génial aussi..

    Posté par , le 28.10.04 à 17:13
  • D'un seul coup, j'ai une de ces envies d'être transformée en Schtroumpf moi !

    Posté par , le 28.10.04 à 17:39
  • ...

    Ne faire qu'un avec la Nature, et se sentir moins seul. Kommunion.

    Posté par , le 28.10.04 à 23:43
  • prom'nons nous dans les bois
    tant qu'le loup n'y est pas...
    y a plus d'loup
    y a plus d'fée
    le petit chaperon rouge
    s'en est allé
    et pourtant...

    Posté par , le 29.10.04 à 02:31
  • la nature rougeoyante sous les coups de l'automne nous prouve que nous existons encore. La beauté des paysages qui se teintent de jaune et d'orange s'impriment sur nos rétines et laissent un doux parfum de tranquillité. J'aime l'automne et j'aime ce que tu écris, c'est bien beau.

    Posté par , le 29.10.04 à 18:23
  • Je viens de découvrir votre blog et la poésie sensuelle (des images et des mots) à la nature (humaine) qui s'en dégage. Je reviendrai avec plaisir.

    Posté par , le 31.10.04 à 08:31

Poster un commentaire