avant la lettre

[pages en regard]

17.03.05

la coureuse

(plage de la Concha, San Sebastian, Espagne, le 29 dec. 04) Elle le dévisage. Elle est passionnée, elle se proclame ainsi en versant un peu de vin sur la nappe en papier gaufré. Ce qu’elle va lui dire n’est pas si important que ça. On ne réfute pas les explications d’une passionnée. Ses conclusions ne découlent pas d’un raisonnement, elles sont posées d’abord. L’échafaudage de l’argumentation n’est installé qu’après coup, pour justifier l’emportement. Toute notre vie, nous la passons à justifier nos hormones, à prêter une... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 11:08 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

26.02.05

les missionnaires de l'hiver

    (jaseur boréal - bombycilla garrulus - Saint-Ismier, Isère, le 18 fév. 05)    Dès le début de l'année, les jaseurs boréaux investissaient les hauts-plateaux du Vercors. Un phénomène remarquable puisque ces oiseaux des régions les plus septentrionales de l'Europe sont habituellement sédentaires. A la faveur d'un hiver à rallonge, ils ont depuis conquis l'ensemble de la région grenobloise jusqu'en plaine et des individus isolés ont été recensés en Bretagne. Il faut remonter à l'hiver 1966, qui fut... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 10:04 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
22.02.05

so(t)lipsisme

(forêt des Seiglières, Saint-Martin-d'Uriage, Isère, le 20 mars 04) La Terre tourne depuis trois ou quatre milliards d'années, et avec elle les carpes et les bulots. L'histoire des civilisations humaines a commencé il y a environ dix mille ans. La furia artistique, culturelle, littéraire de l'humanité représente une toute petite fraction de l'ère de notre espèce. Dancing, dancing you ! On se distrait de quelques œuvres, on écoute quelques cris, on démarre quelques machines. Des colifichets. Des prolégomènes. Des kanapoutz.... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 23:36 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
15.02.05

la marche de l'empereur

      (San Sebastian, statue du Mont Urgull)     « Mitterrand est mort ». C'était un jour de neige - comme aujourd'hui. La nouvelle était tombée des lèvres plissées de ma patronne, que je vois encore s'ébrouer sur le perron de l'agence, son manteau vert bouteille étoilé de flocons. Nous n'avions pas épilogué, je la savais de gauche, je m'étais vite remis au travail. La sortie du film de Robert Guédiguian, « Le promeneur du Champ-de-Mars », sur les derniers mois de la vie du Président de notre... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 19:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
03.02.05

or d'attente

  (martin-pêcheur d'Amazonie, Corcovado, Puntarenas, Costa Rica, le 11 août 04)C'est l'attente qui nous donne la pleine conscience du temps. L'attente aiguille notre existence. Attendre, c'est faire attention, c'est anticiper sur un événement à venir, utiliser nos souvenirs, toutes nos ressources mentales pour accueillir cet événement. Attendre n'est pas rêver, c'est même le contraire : l'attente fouille le vide, cherche à s'emparer vainement d'une invisible réalité. Ainsi la salle d'attente est l'antichambre : dans le lit... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 19:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
26.01.05

la forêt domaniale et les collemboles

  (hêtraie-sapinière de Saint-Mury, Isère, le 24 oct. 04)Laisser faire la Nature, lui céder tous ses droits supposés ne l'enrichit pas. Le mouvement spontané de colonisation de la forêt sur les espaces ouverts réduit le nombre d'espèces animales et végétales sur ce territoire. On sait rétrospectivement que l'intervention de l'homme sur le milieu naturel a pu jadis contribuer à diversifier la vie : l'agriculture manuelle et l'élevage extensif ont favorisé vers le Moyen-Age un éclatement des paysages, encourageant la... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 10:44 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

12.01.05

une infusion de promesses

(méduses phosphorescentes, aquarium de San Sebastian, Espagne, le 29 déc. 2004)   Le gué de la nouvelle année est à peine franchi et déjà la vie s'ébauche. Le marteau de l'hiver avait prétendument cassé les poteries, l'atelier n'a pas cessé de tourner pour autant. N'étaient-ce pas des renoncules, ces ammonites de givre paraphées à la fenêtre ? Quand le froid semble avoir tout pris, il signe encore du sceau de la Création. Et voilà qu'au moindre attiédissement, la poésie ornementale s'efface et la lumière donne corps à... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 10:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
04.01.05

la mascarade du mascaret

(plage de la Concha, San Sebastian, Espagne, le 29 déc. 2004)   D'ici, la mer est calme. Le froufrou folâtre du reflux n'inspire que langueur et fines de claire. On ne voit pas comment les flots ont pu dévaster tant de terres, emporter tant d'hommes. Et d'abord, pourquoi vivaient-ils si nombreux au bord de l'eau ? La montagne est bien plus sûre. On loue des chalets à Courchevel. Tout équipé (même d'une soubrette), à 70 000 euros la semaine.   La misère est toujours plus loin, plus floue dans notre imaginaire... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 18:58 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
27.12.04

les couleurs de la fête

25 décembre : les couleurs de la foi.   1er janvier : les couleurs du foie. Il était une fois quelques vacances. Retour prévu en début de semaine prochaine. Bon repos à tous d'ici là. (Merci au professeur Cambrole, chef du département Digestif du C.H.U. de Grenoble pour l'autorisation exceptionnelle à pénétrer dans un bloc opératoire. Photo du haut : crépuscule sur les marais des Tablas de Daimel, Castille-la-Mancha, Espagne, le 2 janvier 03)
Posté par Richard G à 18:33 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
23.12.04

heureux comme avec une femme

(licorne...) Dans la nature, on ne sait rien posséder, sinon qu’une étoffe de perceptions, intime et fragile. En cela, les larges foulées entre champs et forêts confinent à l’amour qu’on cède à une femme. La course légère après les papillons dans l’herbe haute de mai, la dérobade entre les chênes à l’affût des glorieux chants d’oiseaux, les bottes alourdies dans les marais grouillants et suintants et toutes ces fleurs qu’on effeuille sans jamais réussir à voler la secrète alchimie de leurs éclats résonnent comme autant de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 09:10 - - Commentaires [22] - Permalien [#]