avant la lettre

[pages en regard]

16.11.05

tête à tête

(phacochères du Cap -Phacochoerus aethiopicus , Pan Etosha, Namibie, le 12 août 03) "Entrée dans le petit salon, elle se dirigea vers la glace pour n'être plus seule. Oui, ce soir déjà, et tous les autres soirs il y aurait un demain avec lui. Devant la glace, elle fit une révérence à cette belle du seigneur, puis essaya des mines pour voir comment elle lui était apparue à la fin de cette nuit, imagina une fois de plus qu'elle était lui la regardant, fit l'implorante, puis tendit ses lèvres, s'en félicita. Pas mal, pas mal du... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 12:06 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

14.11.05

étale

(marismas de Donana, vers Séville, Andalousie, Espagne, le 30 déc. 03) Etre moral, c’est avant tout être lucide. Il y a une immoralité inconsciente due à l’habitude d’isoler et de hiérarchiser les problèmes qui pèsent sur notre devenir. Depuis trop longtemps les lumières font défaut aux hommes, plus que leur bonne volonté peut-être. Les vastes matins sur les deltas du monde ont pourtant de quoi éclairer l’idée selon laquelle les enjeux écologiques ne sont plus discernables de nos perspectives économiques et sociales, tout... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 19:44 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
12.11.05

moteur à déjection

(bousier - Geotrupes stercorarius, Bois des Rollands, Varacieux, Isère, le 11 nov. 05) Chiez, déféquez, fientez, il en restera toujours quelque chose. Ce que l'homme cherche à enfouir ou à dissimuler, la nature le fait ressurgir, tôt ou tard. Et de quelle manière souvent ! Bien avant nous, des créatures ont inventé le recyclage. La technique du bousier est garantie sans dioxine. Le coléoptère est un artiste, un sculpteur d’autant plus émérite qu’il travaille son matériau sans conscience officiellement reconnue, accordant au déchet... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 10:40 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
09.11.05

l'impossible quadrature des villes

(Grenoble, Isère, le 3 nov. 05) De l'avis des chroniqueurs entendus ici et là, c'est la croissance économique et elle seule qui permettra de résoudre les problèmes de nos banlieues. A les entendre pleurer l’enfant perdu (son prénom c’est PIB, si des fois elle traîne dans votre allée…), la croissance est plus précieuse que la prunelle de leurs yeux. D’ailleurs, ils ont bien voulu sacrifier leur vue pour continuer à la défendre, cette croissance, sur l’autel d’un mystérieux courant de pensée qui prévaut depuis le milieu du 18e... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 12:47 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
07.11.05

topographie de l'automne

(Bois Vert, Theys, Isère, le 5 nov.05) Ces paysages explorent ma mémoire. Là, au fond à gauche, ma mère cueillait des pommes. « Oh, personne ne les ramasse ! », s’excusait-elle en remplissant son grand panier d'osier. Au centre, sous le bouquet de frênes jaunis, des morilles jaillissaient de l’humus luisant de mai, grosses et bosselées comme le poing. A droite, dans la haute forêt qui monte à l'assaut des trompettes-de-la-mort, mon frère s’était mis un jour à hurler de douleur. Une guêpe s'était coincée derrière l'oreille pour lui... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 22:13 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
05.11.05

trotte-menu

(courvite isabelle - Cursorius cursor, vers Ouarzazate, Maroc, le 13 avr.05) Oiseau des sables et des steppes, le courvite isabelle a la couleur de son biotope. Son nom en dit long sur ses performances de sprinter et réussir à l’approcher tient autant de la patience que de la génuflexion. Le courvite isabelle est l’une des rares espèces aviaires en voie d’expansion, en raison de la progression de son habitat en Afrique. Autrefois accidentelles, ses apparitions en France, principalement dans le Narbonnais et en plaine de Crau, sont... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 17:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

04.11.05

plagiaire

(playa del Silencio, Cudillero, Oviedo, Espagne, le 13 août 02) Le bateau-taxi accosta. Un jeune couple grimpa à bord et je reconnus la fille presque aussitôt. Nous avions fréquenté les mêmes bancs de fac durant une année ou deux, sans jamais vraiment nous parler. C’était une grande et belle fille un peu sauvageonne, qui séchait volontiers les cours quand elle ne débarquait pas dans l’amphi  avec vingt minutes de retard. Myriam peut-être, ou Valérie. Je lui trouvais un charme mystérieux, une désinvolture un peu surjouée, comme... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 09:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
01.11.05

forge de vulcain

(potentille sp, Col de Fraisse, Treffort, Isère, le 22 oct. 05) Je croyais à quelque chose d’immense et d’infini, à quelque chose de comparable aux yeux bleu et or d’Hélène. Mais la vie se plante en nous, on ne sait trop comment. L’écharde minuscule n’est pas la terre australe qu’on avait cartographiée dans la magie de l’aube. Une vie s’insinue et se propage, sans contour et à notre corps défendant. Un jour le bonheur se fait beau, une autre fois il se fait la belle. Et passent les jours au praxinoscope, dans l’ombre et la lumière,... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 17:39 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
31.10.05

clou

(Col des Fraisses, Treffort, Isère, le 22 oct. 05) C’est souvent quand sa vie ne le vaut pas qu’on s'en fait un spectacle. _____________ Rien à voir avec cette note : je me suis fait profiler par Olivier Gochet la semaine dernière. Une heure et demie d'interview pour un résultat en trois dimensions, lisible à partir de ce lundi 31 octobre 17h30. Nous n'avons pas parlé de Nicolas Sarkozy et Anne Fulda et encore moins de Valerie Plame. Quoique...
Posté par Richard G à 00:35 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
27.10.05

oronge au désespoir

(amanite des Césars, dite oronge, Amanita caesarea, Drôme, le 21 sept.03) L’automne brille de feux tardifs et ses bois en prennent ombrage. Ces généreux soleils que nous avions cueillis entre les gouttes d’orage les autres années, le tarissement des saisons semble les avoir éteints. L’oronge, champignon royal des collines méridionales, n’a pas poussé. Sa chair croquante au léger goût de noix verte, éblouissante crue sous un rai d’huile d’olive, restera cette fois un souvenir. L’oronge se plaît pourtant les années chaudes mais 2005... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 21:50 - - Commentaires [9] - Permalien [#]