avant la lettre

[pages en regard]

26.12.04

poupée barlie (2)

La barlie de Robert repérée le mois dernier est toujours à sa place dans le jardin drômois. Les journées froides et maintenant la pluie mêlée de neige et le très faible taux d'ensoleillement n'ont pas favorisé sa croissance. Cet hiver, pour l'instant plus rigoureux que le précédent, risque de retarder la floraison de l'orchidée. Aucun bourgeon de hampe florale n'est encore visible. Au même moment, on signale les premières ophrys massiliensis (une autre espèce d'orchidée qui imite le corps d'un bourdon) dans le Parc du Vinaigrier à... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 15:07 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

23.12.04

heureux comme avec une femme

(licorne...) Dans la nature, on ne sait rien posséder, sinon qu’une étoffe de perceptions, intime et fragile. En cela, les larges foulées entre champs et forêts confinent à l’amour qu’on cède à une femme. La course légère après les papillons dans l’herbe haute de mai, la dérobade entre les chênes à l’affût des glorieux chants d’oiseaux, les bottes alourdies dans les marais grouillants et suintants et toutes ces fleurs qu’on effeuille sans jamais réussir à voler la secrète alchimie de leurs éclats résonnent comme autant de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 09:10 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
21.12.04

à quoi rit l'homme ?

Il rit à sa propre misère, celle que lui renvoie l’autre. La moquerie n’est que la célébration d’un sentiment très provisoire de supériorité qui surnage au beau milieu d’un océan de doutes. C’est ce que je sais de ce pauvre crabe au regard existentialiste, qui m’a tellement fait rire. Si tu m’écoutais, le crabe, je t’appellerais Jean-Paul et je murmurerais une chanson de Delerm sur l’onde de ta solitude : «  Mardi trois janvier, vingt heures vingt, dans un restaurant vietnamien. Sur les trottoirs, il neige un peu… Dans la... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 14:33 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
17.12.04

mémoire, un mot à ne pas perdre

  « Une banquise invisible détachée d'un hiver ancien » (Marcel Proust).   La neige tombe, comme tombent les hommes. La neige, ce n'est pas de la poudre d'oubli. La neige est l'essence de la mémoire au contraire. Elle cristallise les âmes de ceux que nous avons perdus et rappelle à sa fonte l'image même de leur disparition. A la différence des monuments aux morts qui se veulent immortels, la neige, comme tout principe vivant, connaît la fin. Une fois l'œuvre du réchauffement accomplie, à nous d'en garder le... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 12:52 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
17.12.04

même pendant la guerre

L'administration américaine baillonne les journalistes qui se risquent à compter les civils tués en Irak (120 000 au bas mot). Elle n'interdit pas encore de compter les oiseaux vivants. Depuis sa tour de Babel, un envoyé de Bush observe la faune sauvage croisée entre deux rafales. C'est surréaliste et c'est à voir ici. Les commentaires ajoutent à l'absurdité du drame.
Posté par Richard G à 08:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14.12.04

mauvaise graine

  L'habitude serait de remplir n'importe quelle coquille vide d'un fruit, toujours le même. Chaque baiser aurait le goût de ce même fruit, l'amour son unique couleur. Chaque note deviendrait par conditionnement le signal de la suivante et l'on verrait peu à peu ici germer un champ remembré de colza d'égaux épis. La loi de l'effet portée en refrain, une mélodie cinétique qui exigerait de l'auditeur l'investissement des mutations de sa propre pensée pour entendre des contrepoints. Or, il n'y a rien de moins mécaniste que la... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 22:05 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

11.12.04

loin de la coupe au rêve

(fourmi sur linacée, Entraigues, Ardèche, 11 mai 2003)Mes chances de survie au-delà de la moitié de ce siècle sont minces, je voudrais pourtant y être, tout au bout et au-delà, pour voir comment nous aurons traversé les cascades de défis qui nous menacent. Nous n'aurons jamais été plus fascinants ni le monde plus riche d'enseignements qu'en ces jours où le sort de la planète oscille. Jamais ces chaos éclatés, ces chocs rampants, ces spectacles politiques et les vaines spéculations qui s'en nourrissent n'auront apporté un ... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 18:20 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
09.12.04

thin tongue

Les Verts existent-ils vraiment ? Tu te souviens de Charlotte Jullian ? Martine Aubry doit-elle aider à la réforme du parti socialiste ? Florent Pagny réforme-t-il l'opéra ? Nicolas Sarkozy est-il un nouveau Chirac ? Comment les communistes font-ils l'amour ? La Suède est-elle un modèle de développement pour la France des chasseurs d'ortolans et des gaveurs d'oies ? La jupe-culotte peut-elle redevenir à la mode ? Pourquoi Tony Blair et George Bush ne déclarent-ils pas la guerre à... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 18:09 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
07.12.04

nous ne sommes pas seuls

Dans les mugissements des bus bondés d’éberlués passent les bambins boutonnés sous leurs cartables immenses, séraphiques séminaristes courbés sous la croix de l’Education nationale, convergeant vers la tablée néo-laïque des connaissances. Huit heures moins vingt, la rue s’encombre de voitures remplies d’enfants et de demi-familles repues de lait, de café et de sommeil mal dénoué. Dépêche-toi Arthur, maman n’a pas qu’ça à faire ! Jessica, mets tes pieds comme il faut ! De l’intimité de soi à l’abandon aux autres, il y a... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 18:57 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
05.12.04

exercice à l'anneau

Décembre boucle l’an et la forêt resserre son cercle déférent. Sous la feuille d’or, la ronde-bosse d’un iule, tracée par quel compas minuscule, forge un cerceau de brodeur étoffé de crinoline. Le mille-pattes, et combien de ronds de jambes, frappe l’humus de sa bague sigillaire. Faux-soleil, noir aréole, qui couronne l’alliance de l’ébène et de l’hiver. (iule, Varacieux, Isère - le 05 déc. 04)
Posté par Richard G à 18:35 - - Commentaires [22] - Permalien [#]