avant la lettre

[pages en regard]

05.06.05

la demoiselle

(caloptéryx vierge - Calopteryx virgo, Les Molières, Montvendre, Drôme, le 5 juin 05) Dame que je vis au mitan du soleil, comme barquette allègre et seule. Dame chasseresse, sous sa beauté légère, prenait l'air de rien et finalement la mouche. [Les libellules caloptéryx ont un comportement typique. Les mâles se tiennent immobiles sur la tige d'un arbuste, à environ deux mètres de haut, pour surveiller leur territoire. D'ici, ils chassent à l'affût, fondant sur les moucherons pour revenir immédiatement au même endroit et dévorer... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 22:59 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

02.06.05

brève rencontre

(chevreuil - Capreolus capreolus, la Tour Ronde, Domène, Isère, le 26 mai 05) A l’heure où enfle la rumeur des grillons, quand le vent poursuit sa dernière caresse sur la trame tissée du pré, vient la surprise. Dans le déclin de la lumière et le silence des oiseaux, un sursaut. Une ondulation, un regard. Deux êtres se trouvent. Une douceur à peine goûtée et déjà fuyante. Inaccessible promesse de la complicité. Disparue. Mais peu m’importe. Tant qu’il me reste à marcher, j’irai à vous. J'aime la souple et tremblante illusion de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 22:11 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
01.06.05

dette de reconnaissance

(place Jamaa el Fna, Marrakech, Maroc, le 9 avril 05) Parfois le présent se donne à nous comme s’il était le passé. Curieux sentiment dans les rues de Marrakech, où tout ce qui se dévoilait à la nuit semblait m’être déjà familier. Spectateur assisté par de faux souvenirs, je me laissais aller à rêver cette vie au-delà de la vivre vraiment. L’impression d’un « déjà-vécu » se projetait dans le tintamarre des marchands, dans le pli de leurs djellabas, dans la fumée et les odeurs puissantes. J’avais été là avant, et je m’y retrouvais.... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 09:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
30.05.05

une pensée pour l'Europe

(église San Juan, San Sebastian, Espagne, le 30 déc. 04) Le séisme d'hier soir me rappelle une vieille chanson de Roxy Music, "A song for Europe", où la voix tremblante de Bryan Ferry(boat) le disputait à des arrangements rococos sur l'air de "vieilles choses perdues", avec un couplet en latin. Comment en sommes-nous arrivés là ? Comme nous en étions arrivés en avril 2002.
Posté par Richard G à 19:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
29.05.05

l'or qui déçoit

(ophrys drômois - Ophrys drumana, Col de Mézelier, Châtelus, Isère, le 28 mai 05) La satisfaction du botaniste en herbe, à la rencontre d'une nouvelle espèce, est vite froissée par le résultat des photos : la structure complexe et l'éclat hétérogène des orchidées permettent difficilement d'en apprécier le charme sur une image aplanie. A moins de réinventer la plante par un travail artistique ou de la dénaturer par une prise de vue pour la science, il paraît peu possible, pour l'heure, de mettre en scène la propre joie de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 01:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
25.05.05

avant l'orage

(Montagut, parc naturel régional de la Garrotxa, Olot, Espagne, le 11 mai 04) Le plaisir des jeux s’étant épuisé, le vieil homme se tenait assis sur le perron de la maison, silencieux, un peu courbé, regardant au loin, vaguement, là où l’herbe bleue et l’herbe jaune commencent à se confondre à l’avancée du soir. Il guettait l’arrivée de l’averse, de la pluie éperdue. Longtemps épris des soleils triomphants, il aimait maintenant l’eau qui ruisselle de toutes parts, l’eau qui déborde et qui dégorge des chemins, tellement... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 20:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

23.05.05

message à mes anges

(mésange à longue queue - Aegithalos caudatus, Domène, Isère, le 23 mai 05) C’est la farandole au palais. La campagne, ces jours-ci, exulte de ses enfants. Les renardeaux affûtent la technique du coup de griffe sous l’œil patient de leur mère, les minuscules crapelets quittent le bénitier vaseux où ils n’étaient que têtards et les oisillons capturent les mouches endormies de soleil. J’arpentais ce dimanche un bout de colline derrière chez moi lorsque je me retrouvai bientôt encerclé par sept, non huit petits d’une nichée de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 19:20 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
21.05.05

(embâcle)

(rives de l'Isère, Domène, Isère, France, le 21 mai 05) [tentative d'illustration d'un poème écrit en novembre 1987] Entendre les ruisseaux chanter entre les pierresRegarder les moineaux s’amuser dans le lierre A travers les carreaux où mes doigts se promènent Poursuivre les sanglots que mon chagrin entraîne. Sentir la douce haleine du vent qui vient rire Goûter les larmes tièdes du ciel sans rien dire A travers les tilleuls qui parfument la cour Enjamber les écueils qui freinent ton retour. Sourire au... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 15:55 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18.05.05

no mad's land

(région de Solitaire, Naukluft Park, Namibie, le 2 août 03) Pour s'emparer des choses, il faut leur inventer un espace, une zone. Sans limites, pas de repères. Sans repère, la peur. A ce monde libre et mouvant nul n’est retenu alors la pensée se cherche des garde-fous. Un bastingage. Mais les cadastres épuisent la poésie. Le quadrillage de l'âme est une prison pour le bonheur. Entaillé, cloisonné, fragmenté, le pré du monde envoie paître des animaux dotés d’œillères étroites : l’homme, dans le redécoupage toujours plus... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 10:59 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
16.05.05

oeil pour oeil

    (lézard vivipare - Zootoca vivipara, Col de la Brèche, Cordéac, Isère, le 15 mai 05) Notre regard manque à la Nature, qui se débat dans l’ombre de nos rêves mercantiles et meurt éventrée dans ses merveilleux secrets. [le lézard vivipare est le reptile le plus haut perché de nos contrées, puisqu’on peut le rencontrer jusqu’à 2500 mètres d’altitude. Il résiste à des hivers de huit mois grâce à son foie qui produit un antigel (glycol) comparable à celui de nos voitures !]
Posté par Richard G à 08:40 - - Commentaires [24] - Permalien [#]