avant la lettre

[pages en regard]

31.08.05

le déclin des tortues à pas de lièvre

(Rantau Abang, Terengganu, Malaisie, le 15 août 05)Quelques guides touristiques décrivent encore l’endroit comme l’un des principaux lieux de ponte de la tortue-luth en Asie du Sud-Est. Dans l’histoire récente de cette région, les reptiles débarquaient ici par centaines durant les nuits d’été, et spécialement de pleine lune, pour déposer leurs œufs sous le sable. Jusqu’au milieu des années 1980, la présence de ces géants des mers (3 mètres de long, 750 kilos) offrait un merveilleux spectacle, au point d’encourager la région à... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 00:23 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

24.08.05

tours d'ébène

(Twin Towers of Petronas, Kuala Lumpur, Selangor, Malaisie, le 21 août 05) L'or noir hisse la capitale de la Malaisie à 451 mètres au-dessus de son altitude naturelle. La firme Petronas a dressé les tours les plus hautes du monde (88 étages x 2 pour près de 2 milliards de dollars) pour symboliser la nouvelle ère du pays. Sauf qu'en 1998, année de construction de ces vaisseaux de verre et d'acier, la croissance économique était autrement plus forte que celle de 2005. Convoitée durant les années 1990 et jusqu'en 2001... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 19:16 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
16.07.05

fracas

(cascade du Boulon, Le Pleynet, Sainte-Agnès, Isère, le 16 juil.05) Eau de métal frappant l'avant rond de la terre engloutira la lune et ses sinistres murailles d'un chant d'un seul.
Posté par Richard G à 19:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08.07.05

déraciné désir

(Marino Ballena, Puntarenas, Costa Rica, le 9 août 04) Le goût du sel, le zinc des gouttières, les pigeons sales, l’urbanisme moderne vitrifié, la poussière des appentis, le velouté trompeur des mousses des arbres qui tourne en viscosité, les armées rachitiques des antennes de télévision, le grondement massif des moteurs, quatre explosions, des feux rouges, la frange molle des balayeuses, l’eau opaque qui ne bouge plus en dessous, des sources de gasoil irisées dont on ne saurait remonter le cours. Des solitudes, des... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 16:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
15.06.05

contre-pied

(San Sebastian, Espagne, le 31 décembre 04) Le temps déroute le cœur. Enfant, j’ai eu des passions turbulentes pour les fêtes foraines, les guitares électriques et les pétards à mèche. Peu à peu, je me suis mis à trouver du charme au silence des fleurs, à la lumière du soir, aux hérons immobiles des bords d’Isère. C’est quand la main de la mère se retire qu’il nous faut trouver d’autres caresses. On apprend alors à épier l’ombre, à lui chercher sa douceur, sa tiédeur secrète. Et c’est déjà comme si l’on se laissait aller,... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 00:37 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08.06.05

le soir, jour après jour

(rainette méridionale - Hyla meridionalis, Aït Harbi, Gorges du Dadès, Maroc, le 11 avril 05) C’est dans l’attente que les choses se font. Le silence et l’immobilité, quand ils ne sont pas une résignation, remplissent les veines, préparent les cœurs et déplient les âmes. La fenêtre ouverte sur la nuit donne un nouveau sens aux jours. Jamais l’avenir ne promet d’être aussi fascinant qu’en ces moments imprégnés d’ombre et de doute, où le noir et la lumière se confondent.
Posté par Richard G à 13:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

30.05.05

une pensée pour l'Europe

(église San Juan, San Sebastian, Espagne, le 30 déc. 04) Le séisme d'hier soir me rappelle une vieille chanson de Roxy Music, "A song for Europe", où la voix tremblante de Bryan Ferry(boat) le disputait à des arrangements rococos sur l'air de "vieilles choses perdues", avec un couplet en latin. Comment en sommes-nous arrivés là ? Comme nous en étions arrivés en avril 2002.
Posté par Richard G à 19:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
21.05.05

(embâcle)

(rives de l'Isère, Domène, Isère, France, le 21 mai 05) [tentative d'illustration d'un poème écrit en novembre 1987] Entendre les ruisseaux chanter entre les pierresRegarder les moineaux s’amuser dans le lierre A travers les carreaux où mes doigts se promènent Poursuivre les sanglots que mon chagrin entraîne. Sentir la douce haleine du vent qui vient rire Goûter les larmes tièdes du ciel sans rien dire A travers les tilleuls qui parfument la cour Enjamber les écueils qui freinent ton retour. Sourire au... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 15:55 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
13.05.05

le baiser de mort

(dendrobate doré - Dendrobatus auratus, Golfito, Puntarenas, Costa Rica, le 13 août 04) La minuscule grenouille avait tourné la tête. Elle me fixait. Je m’étais accroupi pour m’approcher d’elle. Elle avait tendu sa tête vers moi. C’est comme si elle voulait m’attirer dans son antre humide. Je n’avais plus qu’à fermer les yeux pour imaginer une femme dont les lèvres se poseraient sur les miennes. J’aurais senti la chaleur de ses seins et les battements de son cœur. Mais la Nature ne s’en laisse pas conter. On est ce dont on se nourrit... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 09:20 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
03.04.05

les périls du langage

      (Sinard, Isère, le 20 mars 05) "Si la pensée n'est rien sans la parole qu'un possible sans réalité, il arrive que la parole subsiste seule comme un corps que son âme a quitté" (Lavelle, La parole et l'écriture) Avant La Lettre va se faire quelque peu muet ces prochains jours. Il n'en pensera pas moins. L'auteur a juste besoin d'un peu de vacances, après un trimestre des plus chargés. Profiter des éclosions d'avril pour décloisonner l'horizon, voir plus loin si on y est aussi, dériver avec un... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 14:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]