avant la lettre

[pages en regard]

02.02.06

de rien

(travail sur photo prise à Vif, Isère, le 16 juil. 05) Elle s’est levée, a enveloppé sa dignité dans une vieille chemise à moi qui traînait et s’est dirigée vers la pile de disques. Les premières notes de A Night In Tunisia s’égrenaient bientôt dans la pénombre. D’un geste machinal, elle a allumé une cigarette et s'est avancée vers la fenêtre. Je ressentais encore la pression de ses lèvres en la regardant fumer. Les volutes jouaient avec les mélopées de la musique. A mon tour je suis sorti du lit. Je me suis rapproché d’elle,... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 21:07 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

25.01.06

rapatriement salutaire

(vers Solitaire, Namibie, le 1er août 03) Le ciel d'Afrique, à la fin du jour, ressemble au passé. Un passé qui me demande si j'ai vu ce qu'il m'empêche de voir. Sous les strates mémorielles, dans l'attente d'étoilements : ce continent a ouvert ma nostalgie en deux comme un abricot. J’ai gratté là des souvenirs impossibles, jusqu’aux blanchissements de la toile, jusqu’à l’usure des images. Le sentiment du berceau, je ne l’ai retrouvé nulle part ailleurs qu’en ces soirs encensés, sous mes pas lestés de sable, au-dessus de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 00:20 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
04.01.06

surplomb

(Cala Montgo, L'Escala, Espagne, le 1er janv. 06) Scansion obsessionnelle de la mer à la terre, pour lui rappeler sa gloire. Il n’y a pas de mélancolie sous les falaises, pas d’élégie. Juste l’interrogation violente et résolue des vagues, comme la contorsion originale de la vie, écumeuse épopée battue d’odeurs contre le socle provisoire et déjà pourrissant de nos courses.
Posté par Richard G à 23:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
11.12.05

tempus fugit

(Domène, Isère, le 29 nov. 05) Courir après l'amour. Pendre leurs jambes à son cou. Après l'amour, courir. Prendre ses jambes à son cou.
Posté par Richard G à 21:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
30.11.05

marque-page

(Col des Fraisses, Treffort, Isère, le 22 oct.05) Souvenons-nous des étoiles quand les fleurs périront. Et rappelons-nous qu'après la vie, nous n'aurons plus d'encre pour l'écrire.
Posté par Richard G à 09:57 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
22.11.05

ligature

(Les Granges du Replat, Theys, Isère, le 5 nov. 05) C'était bien avant les mimosas et les citrons, après le ressassement des feuilles tombées. Aux confins du gris et du gris, quand le vent s'étale. Le bouvreuil pleurait sa trompette cassée. Et les ruisseaux se retenaient. "Ca sent la neige", soupirait ma grand-mère, ses cheveux de fumée. Un coeur captif de son sang givré, c'est beau à dire, c'est à mourir en vérité. On n'est jamais trop pressé quand on aime : les pierres s'en souviennent maintenant.
Posté par Richard G à 00:56 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

01.11.05

forge de vulcain

(potentille sp, Col de Fraisse, Treffort, Isère, le 22 oct. 05) Je croyais à quelque chose d’immense et d’infini, à quelque chose de comparable aux yeux bleu et or d’Hélène. Mais la vie se plante en nous, on ne sait trop comment. L’écharde minuscule n’est pas la terre australe qu’on avait cartographiée dans la magie de l’aube. Une vie s’insinue et se propage, sans contour et à notre corps défendant. Un jour le bonheur se fait beau, une autre fois il se fait la belle. Et passent les jours au praxinoscope, dans l’ombre et la lumière,... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 17:39 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
17.10.05

définition du chagrin

(Meylan, Isère, le 17 oct. 05) La trace d'un envol mais sans les oiseaux, le bruit de l'eau mais sans bruit. Le goût de sa bouche, juste en souvenir.
Posté par Richard G à 21:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
10.10.05

original origami

(forêt des Ramiettes, Theys, Isère, le 8 oct. 05) Tu disais : "La beauté ne partage pas les eaux de la vie et de la mort. Elle est leur ligne d'horizon : la limite qui ouvre sur l'infini". Sur le cadran de la forêt, les aiguilles des conifères n’ont pas l’air de bouger. Arbres sans âge, lenteur de la sève. La forêt offre un jardin pour le ciel, hersé par la pointe immobile du temps. Il me semble qu’ici, l’espace est resté le même, l’espace du matin, intime et gonflé. Je parcours cette pente boisée depuis plus de... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 21:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
02.10.05

chant de contre-pente

(dune Elim, Sesriem, Namibie, le 30 juil.03) Le désert n’est pas le vide, le désert n'est pas la mort. C’est un musicien qui consigne les moindres remuements de l’existence en un ordonnancement harmonieux. Loin d’être immuable, il capte au contraire la texture de l’instant, roule entre ses doigts la fragilité du monde et restitue au vent sa longue plainte. Le souffle du ciel est son orchestre, le sable est son pupitre. Et les notes de sa partition sont nos pas, lourds et éphémères, jetés sans cesse dans le désarroi souverain.
Posté par Richard G à 22:41 - - Commentaires [13] - Permalien [#]