avant la lettre

[pages en regard]

01.02.06

le chant des sans-partis

oriental_magpie_robin
(shama dayal - Copsychus saularis , The Gap, Malaisie, le 6 août 05)

Finalement les hommes se sont rapprochés des oiseaux. Ils chantent sans intention artistique, sans souci d'inventer ou d'exprimer. Pies, perruches, dindons : les croupiers de la variété française s’observent et s’imitent ad libidum. Posture simiesque, vocalises superposables au demi-soupir près. Ils se jouent de la musique, ne jouant que d’une technique, celle qui leur permet de pousser la note juste. Pardon : de parodier la note juste. Pour la chair, le contenu émotionnel, vous repasserez. La victoire de la forme dans une quiche sans fond.

« Aller plus haut, aller plus haut et croire encore à l’aveniiiiir ». Il n’y a pas de vraie culture sans effort. Pas d’héritage sans expression, pas de progrès sans dépassement. La musique vendue aujourd’hui (à l’inverse de celle qui s’achète) conforte les huîtres, sa mollesse flatte nos lipides et les refrains rabâchent un néant prédigéré. Les vieux chanteurs font du jeunisme alité et inversement. Si les disques de Julie Zenatti reflètent la vie, c’est que vous êtes morts.

L’artiste était jadis annoncé comme le prophète d’une société à venir. C’était un homme, une femme d’audace, de courage, d’amour et de sang. Plus rien de tout cela dans nos chansons. Il n’y a plus d’histoire musicale, comme il n’y a plus d’aventure politique dans notre pays depuis vingt-cinq ans.

[son plumage ne se rapporte pas exactement à son ramage : le shama dayal possède l'un des plus jolis chants au monde. L'oiseau est très recherché par les éleveurs pour les concours de chants à travers l'Asie.]

Posté par Richard G le 01.02.06 - noir - Commentaires [18] - Permalien [#]

Commentaires

    Qu'est ce qu'on attend pour...

    Ce n'est pas tant le manque de diversité de la production que la frilosité et la recherche des profits des médias qui plonge la chanson française dans le marasme actuel.
    Selon la Sacem, le nombre d'interprètes français diffusés sur les ondes a été divisé par quatre sur les dix dernières années..résultat de la main mise des multinationales du disque dans le domaine de la production et de la diffusion. Certains comme Foulquier font de la résistance (émission TTC sur Inter), mais pour le reste les radios matraquent les mêmes titres, en font des "tubes" , plus de tubes = plus d'écoute, plus d'écoute = plus de pub, plus de pub = plus de profit...
    Longtemps , longtemps après que Jennifer Lopez ait disparu...il ne restera rien.

    Posté par , le 01.02.06 à 10:52
  • Evidemment, les médias actuels agissent comme un goulot d'étranglement. Ou plutôt d'entonnoirs, les mêmes qui servent à gaver les oies.
    Je déplore toutefois que même parmi la frange de musiciens dits indépendants, beaucoup se soient laissé aller à imiter leurs aînés. Hors de l'axe noir desir - tetes raides, en matière de rock français, point de salut. Il y a une fonctionnarisation de la musique rebelle, avec des paroles indigentes ("la guerre c'est pas bien", "le racisme c'est mal") et des compos calquées dans un format peu novateur. Comme si nos musicos avaient peur de se lâcher vraiment.

    Posté par , le 01.02.06 à 11:30
  • Faute de mieux, j'irai quand même écouter les Têtes raides en mars !!!

    Posté par , le 01.02.06 à 16:51
  • triste conséquence d'une économie de marché, d'un libéralisme à outrance de la culture.
    Un artiste même génial qui ne fait pas vendre...peut toujours aller se coucher dans un carton au coin de la rue.
    Ajoutez à cela que nos petites esgourdes sont complètement déformée par ce que l'on écoute : combien d'entre nous apprécie encore la complexité dans la musique, la construction intelligente, pour le plaisir des oreilles et de l'intellect?
    tant pis.
    On peut le déplorer, comme le fait que l'on consomme n'importe quoi, pour avoir enfin l'impression de faire partie de quelques chose.
    La consommation est notre ciment social.
    Ben oui, on veut faire partie de l'équipe!! si cela implique une pensée lisse...et bien tant pis.

    Posté par , le 01.02.06 à 17:47
  • 1. Merci de ne pas insulter les huitres.
    2. C'est qui, Julie Zanini ou quelque chose comme ça ?

    Posté par , le 01.02.06 à 18:29
  • Nigri, je dénigre pas. Vaut mieux d'ailleurs l'original à la copie

    Demo : est-ce vraiment l'économie de marché qu'il faut fustiger? Je ne le pense pas, dans la mesure où ne ne sommes pas dans ce "libéralisme à outrance" à mon avis. C'est la propension de cette économie-là à chercher une rentabilité toujours supérieure qui finit par limiter nos choix. Heureusement, le capitalisme a aussi démocratisé la culture en permettant, par la facilitation technologique qu'il a entraîné, à des groupes de faire leur premier CD à moindre frais. Et Internet offre aussi, aux curieux, de dénicher à peu près toutes les musiques qu'ils souhaitent. Un exemple : une société s'est constituée en 2003 à Grenoble en proposant un catalogue en ligne des disques rares et réédités (parfois par elle-même) dans un créneau très étroit (BO de vieux James Bond, lounge music, brésilien, cool...). Et ça marche. Simplement, les gens ne font pas tellement l'effort de connaître. Ils attendent que la musique vienne à eux. J'ai moi-même abandonné toute velléité de parler de la zique que j'écoute (et j'en écoute énormément), car les gens s'en foutent. J'avais démarré un blog en ce sens, je l'ai arrêté.

    Alpha : Marcel Zannini avait un talent fou, de l'humour et de l'humilité. Eh bien Julie Zenatti, c'est tout le contraire. Promis, la prochaine fois, je parle des moules

    Posté par , le 01.02.06 à 20:09
  • Mais t'écoute qui tu regarde quoi tu parle de qui ? Non, laisse tomber ça a l'air trop naze, j'aime mieux pas savoir.
    Moi j'ai retenu un nom, qui commence par n et finit t, qui commence maintenant et qui peut être plus belle que le jour. Clink !

    Posté par , le 01.02.06 à 23:56
  • Scuzi pour les fôtes !

    Posté par , le 01.02.06 à 23:58
  • Esrelle, pô de mal. J'ai mis une play-list dans mon profil (clic sur la marionnette), dressée à partir des premiers disques de la pile trouvée devant mon lecteur. Elle sera actualisée chaque mois.

    Posté par , le 02.02.06 à 13:50
  • Il y a pourtant une petite jeunette qu'on gagne tous à écouter, c'est Brigitte Fontaine

    Posté par , le 02.02.06 à 14:56
  • Je m'insurge seulement contre la métaphore ornithologique dont tu uses ici. C'est méchant pour tous les oiseaux, même les pies et les dindons. Le chant des oiseaux est plus ou moins joli en fonction des espèces, mais, que je sache : 1) aucun oiseau ne prétend faire "de l'art" 2) aucun oiseau ne te fait payer pour l'écouter

    Ce qui rend scandaleux le succès de Tina Arena ou Céline Dion, gueulardes sans talent et sans âme (je ne dis rien de Florent Pagny, mais c'est pensé très fort), c'est qu'il repose sur l'avilissement des dons vocaux au profit d'une logique financière et sirupeuse. Lara Fabian ne devrait pas avoir le droit de chanter, parce qu'il y a Kiri te-Kanawa, Julien Jacob ou Peter Pears.

    Laissons les oiseaux en dehors de tout ça, hein ?

    Posté par , le 02.02.06 à 15:55
  • Bibi : Brigitte Fontaine, soit. M'enfin, je me permettrai de trouver ses arrangements musicaux un peu faibles et datés. Je peux?

    Guillaume : aucun oiseau ne prétend faire de l'art, et pourtant leurs chants sont finalement plus mélodieux que ceux qui se disent "artistes" à la télévision. Et rappellons-nous d'Olivier Messiaen, compositeur grenoblois du 19e, qui a basé une grande partie de ses oeuvres sur l'étude du chant des oiseaux. Mon rapprochement avec la gente ailée était un peu provocateur, j'attendais impatiemment une réaction comme la tienne. Si je puis me permettre, je trouve quand même Lara Fabian (mais juste elle), plus b... pardon plus sensuelle qu'une dinde. Et il y a un lecteur anonyme ici (nous l'appellerons G.G.) qui en est très fan, tâchons de ménager sa susceptibilité.

    Posté par , le 02.02.06 à 16:09
  • C'est toute la différence peut être entre faire de la musique pour gagner plein de pognon et chanter comme les zoziaux pour plaire aux filles !

    Ce n'est pas tant les star ac, et autres variétoches qui m'ennuient au fond, mais c'est bien le manque de diversité de ce qui est proposé. Et la façon dont quelques uns trustent les meilleures lieux et horaires de diffusion.
    Et si ce n'était vrai que pour la musique ? Hélas, les livres, le cinéma... suivent la même direction du tiroir caisse avant tout.
    Pourtant, le public ne suit pas tant qu'on veut bien nous le faire croire. L'idée de "cerveau disponible" est un mauvais procédé au fond, mais il est tellement plus facile.
    Grrr !

    Posté par , le 02.02.06 à 17:23
  • Je ne connais pas Julie Z. J'imagine que c'est une perruche de la dernière couvée.

    Posté par , le 02.02.06 à 19:05
  • Tout juste Phil (Collins? Ouarf!)

    LVN : La musique, les livres, le cinéma... Et même les blogs bientôt ! Faut aller voir les Typepadistes transformés en chefs d'entreprise, déjà !

    Posté par , le 02.02.06 à 21:13
  • Euh, Messiaen... du 19ème ? arrondissement, alors...

    Je connais assez bien l'oeuvre de Messiaen, et je trouve que les pièces du Catalogue des oiseaux ne sont pas, justement, le point fort de ses opus.

    Posté par , le 03.02.06 à 18:45
  • Euh, mince alors : Messiaen est né en 1908. C'est le vingtième, je ne sais plus compter. Et s'il a vécu de nombreuses années près de Grenoble, il est né en Avignon. Merci Guillaume de m'avoir alerté.

    Posté par , le 04.02.06 à 10:16
  • Communautarisme

    Mais quelles idioties on peut lire ici!! Je reconnais bien l'inteclectualisme, le snobisme, le bien pensant et surtout la discrimination ...Parce que vous ne connaissez pas c'est que forcément c'est nul .Même pas la volonté d'aller découvrir..C'est pathétique .Rester entre vous ça vaut mieux .

    Posté par , le 11.04.06 à 13:36

Poster un commentaire