avant la lettre

[pages en regard]

13.01.06

la sagesse des larves

(chenille inconnue, parc national de Carara, Tarcoles, Costa Rica, le 5 août 04) L’actif fait des projets précis pour un avenir sans cesse repoussé, l’inactif poursuit des vieux rêves inaccessibles. Et personne ne semble vouloir regarder le fini du présent, cette minuscule tache bleue sur la peau de l’histoire. Prendre la mesure de la quête, s’en remettre à la visibilité immédiate des choses et de nos gestes : là seul réside l’immense promesse de l’envol de l'âme.
Posté par Richard G à 12:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11.01.06

le ciel n'est plus très loin

(domaine de Rochasson, Meylan, Isère, le 11 janv. 06) Le front collé à la vitre, l’espoir qui lancine. L’amour des jardins, en hiver, ressemble à l’amour de la solitude. Mais voilà que la brume se déchire comme une robe de papier. Cœur en-dessous. La pureté du soleil fouille le temps, soulève un miracle éternel. Le peintre s’éveille. Et dans la molle et morte flexion végétale, quelques arbres imposent, sous la lumière restaurée, l’idée d’un jaillissement. « Le plus petit des jardins reproduit moralement un territoire sans... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 16:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10.01.06

pêcheur de rêves

(Tasik Chini, Malaisie, le 12 août 05) Enfant, j’ai passé des étés entiers immobile sous le soleil brûlant, assis entre les bateaux des ports. Mes rêves tenaient à un fil, noué au bout d’un roseau que j’agitais des heures durant comme une baguette magique au-dessus de la mer. Un bouchon de liège, trois hameçons de rechange, quelques poignées d’escargots blancs en guise d’appât et je m’en allais rêver toute la journée, le regard happé par le petit clapot. Rêves d’argent et d’arc-en-ciel, tous ces poissons scintillaient comme un... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 08:53 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
09.01.06

solitude à deux

(vers Er-Rachidia, Maroc, le 12 avr. 05) « On n’aime plus personne, dès qu’on aime. » (Marcel Proust)
Posté par Richard G à 11:32 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
08.01.06

avant la pluie

(rue de Tanah Merah en attendant le train de nuit pour Kuala Lumpur, Malaisie, le 20 août 05) « J’ai le pressentiment que quelque chose ne sera plus comme avant. C’est peut-être là la vraie définition de l’errance, de sa quête, avec sa solitude et sa peur. C’est le désir que je cherchais, la pureté, la remise en cause, pour aller plus loin, au centre des choses, pour faire le vide autour de moi (…) ». Ces mots du photographe Raymond Depardon, dans son bouquin Errance, je les garde en tête depuis l’été dernier. Il m’ont inspiré... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 14:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06.01.06

à la passée

(chevalier gambette - Tringa totanus, Aiguamolls de l'Emporda, Castello d'Empuries, Espagne, le 31 dec. 05) Lisse et luisante, la campagne catalane ce soir-là se figeait dans un silence orangé. Curieusement, la lumière semblait monter de l’eau des vieilles rizières. C’est comme si le marais avait bu le soleil et infusait encore un peu de son ivresse. La tranquillité des oiseaux cherchant pitance, leur mécanique concentrée, fut à peine troublée par une brève accolade. C’était le vent dans son dernier souffle. Deux vanneaux... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 13:50 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04.01.06

surplomb

(Cala Montgo, L'Escala, Espagne, le 1er janv. 06) Scansion obsessionnelle de la mer à la terre, pour lui rappeler sa gloire. Il n’y a pas de mélancolie sous les falaises, pas d’élégie. Juste l’interrogation violente et résolue des vagues, comme la contorsion originale de la vie, écumeuse épopée battue d’odeurs contre le socle provisoire et déjà pourrissant de nos courses.
Posté par Richard G à 23:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
03.01.06

brigands du perchoir

(goélands leucophées - Larus cachinnans et étourneaux sansonnets - Sturnus vulgaris, L'Escala, Espagne, le 1er jan. 06) L’homme troue partout, par trois, quatre, quinze, fore la terre quand il sait son intérieur épuisable, érige sa phallique vanité en désolants mausolées où le soleil perce à peine. Mais qu’il abandonne son œuvre aux aléas du temps, et voilà le rêve qui reprend ses ailes. Les grues font le pied des oiseaux qui font le pied de grue pour s’élancer à l’assaut du ciel. « Ils m’ont ouvert le ventre, en sont sortis des... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 18:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02.01.06

nous vêlons

(Parc naturel des Aiguamolls de l'Emporda, Castello d'Empuries, Espagne, le 31 déc. 05)Comme décembre allait de mal en pis, janvier nous fera boire du petit lait. Meilleurs veaux.
Posté par Richard G à 22:26 - - Commentaires [10] - Permalien [#]