avant la lettre

[pages en regard]

30.01.06

la grande peur dans la montagne

pr_lenfrey1
(Prélenfrey-du-Gua, Isère, le 13 mars 05)

Je croisais souvent l’alpiniste chamoniard Jean-Christophe Lafaille. Contraste étonnant de sa silhouette frêle et de son humilité avec sa détermination farouche. L’agence de communication où je m’occupais de la rédaction avait créé son site Internet et nous avions aussi en charge son contenu. En mai 2000, lors de son ascension du Manaslu, au Népal, nous le retrouvions tous les deux jours par satellite. Expérience captivante. La question que tout le monde se pose me taraudait. Et c’est parce qu’elle est si banale que je n’ai jamais osé lui demander pourquoi cette course vers l’ultime. Les passions de l’extrême et du combat sur soi ne s’expliquent pas, sans doute, sans fondements psychanalytiques inutiles à développer ici. Toutes mes pensées à son épouse Katia et à leurs trois enfants.

Posté par Richard G le 30.01.06 - blanc - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    Beau titre (merci C.-F.Ramuz!), belle photo pour texte-souvenir

    Posté par , le 30.01.06 à 14:20
  • Malgré l'inquiétude il faut encore espérer revoir JC Lafaille parmi nous.
    Il y a des passions dont on ne sais s'il faut s'enthousiasmer ou s'inquiéter pour ceux qui les vivent. Les deux à la fois certainement.
    Des pensées pour sa famille bien sûr.

    Posté par , le 30.01.06 à 17:46
  • Holaa Bijouuu !

    J'aime croire aux imperfections de la technoligie et aux pannes de téléphones satellitaires. Wait and see, please...

    Posté par , le 31.01.06 à 01:50
  • Et aux imperfections typographiques aussi, Jibé? Je ne suis pas fataliste, juste que silence, voilà. Et qu'ils sont rares, les alpinistes à y avoir échappé.

    Nigritelle : La Grande peur... et Pêcheur d'Islande, livres au chevet de mes quatorze ans urbanisés.

    Posté par , le 31.01.06 à 07:36
  • Il y a comme une belle fatalité dans ce dévouement de l'alpiniste à la montagne.
    Un courage ultime étrange. Est-ce que je le comprends ?
    Et face à l'absence de nouvelles hier soir, nous avons pensé immédiatement à sa famille.

    Posté par , le 31.01.06 à 09:54
  • pour ces passionnés, le Kern de leur vie se
    trouve tout en haut de la montagne; ça ne
    s'explique pas. c'est toujours très émouvant pour
    moi d'en parler.

    Posté par , le 31.01.06 à 10:50
  • quand on regarde la liste des alpinistes français ayant tentés l'himalaya...cela ressemble à une longue rubrique nécrologique.
    A croire qu'il y a une sorte de dépendance : toujours plus haut, toujours plus extrême..jusqu'à la mort?

    Posté par , le 01.02.06 à 17:50
  • disparition

    Jean Christophe a disparu et nous pensons tous à sa famille
    il ne faut pas en faire disparaitre les trois quarts : sa mère, qui vit encore à Gap et pour qui c'est certainement le plus dur, sa fille Marie fille de Véronique sa première femme qui vit aussi à Gap, son frère Frédéric. Avec sa deuxième femme et 'manager' Katia il avait eu un seul fils Tom.

    Posté par , le 08.07.06 à 23:15
  • Merci Jean pour vos précisions. Je ne faisais disparaître personne dans cette note-hommage, j'évoquais seulement les seules personnes que j'avais rencontrées.

    Posté par , le 09.07.06 à 23:02

Poster un commentaire