avant la lettre

[pages en regard]

09.01.06

solitude à deux

deuxarbres
(vers Er-Rachidia, Maroc, le 12 avr. 05)

« On n’aime plus personne, dès qu’on aime. » (Marcel Proust)

Posté par Richard G le 09.01.06 - noir - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    antilogie?

    Posté par , le 09.01.06 à 14:07
  • Non, je n'ai pas vu d'antilopes dans ce coin, Démo

    Posté par , le 09.01.06 à 15:16
  • Peut-être bien. Serait-il alors mieux de ne pas aimer?

    Posté par , le 09.01.06 à 16:01
  • Ca n'a pas l'air mais c'est plus complique qu'il n'y parait de faire des photos de ce genre-la, avec le petit detail qui fait l'image.
    Faut un bon oeil, oui.

    Posté par , le 09.01.06 à 17:26
  • Ce qui fait - aussi - la différence c'estle non-commentaire, pris, comme on le constate chez Richard, en otage de sa (pré)méditation.

    Posté par , le 09.01.06 à 17:33
  • Certes Martine, mais mon demi-silence ne signifie pas que je ne vous aime plus !

    Pintel, tu sais, j'aimerais faire plus souvent des choses minimalistes comme ça, en contrepoint du tumulte de certains jours, ça m'apaiserait. Mais faut le bon oeil, et c'est pas évident.

    Livy, je me suis déjà posé cette question, mais impossible de répondre par l'affirmative, trop cornichon que je suis.

    Posté par , le 09.01.06 à 17:49
  • D'autre

    Il a oublié un mot, Marcel : "On n'aime plus personne d'autre, dès qu'on aime."
    Là, je peux me contenter de cette citation... !

    Posté par , le 09.01.06 à 22:09
  • Sombre - adjectif
    Sombre - impératif
    Arrivé au fond
    Un coup de talon

    Posté par , le 09.01.06 à 22:10
  • j'ai une autre définition de la solitude à deux, moins heureuse, qui est, qu'on est tout seul, même à côté de l'autre avec qui on vit..

    Posté par , le 10.01.06 à 15:18
  • La solitude a ceci de commun avec le baiser : elle fait tourner les langues. Christie, je suis passagèrement d'acord avec toi, mais je refuse de systématiser. Il y a des moments où le binôme marche vraiment comme un seul homme (ou femme) aussi, et c'est ce qui nous fait tenir. J'espère que toi aussi.

    Posté par , le 10.01.06 à 15:25
  • Epithète

    Je proteste. Cornichon n'est absolument pas le vocable dont je voudrais te décorer. Un homme qui fait de si belles photos et écrit de si profondes choses n'est certes pas un cornichon. Ou alors ils le sont tous. Ce n'est pas exclu. (In cauda venenum).

    Posté par , le 10.01.06 à 22:33
  • d'accord avec Christie au sujet de la solitude à deux,

    d'accord pour partie avec Marcel Proust, tant d'ami(e)s ont disparu de nos vies simplement parce qu'ils avaient trouvé l'amour et de fait délaissaient les autres (j'en connais même qui n'ont plus l'internet depuis le printemps dernier, par la faute d'un opérateur indélicat mais n'ont pas trouvé le temps de se préoccuper efficacement du remplacement tant ils se suffisent à eux-mêmes et n'éprouvent plus le besoin de communiquer avec les autres)

    et puis tout à fait d'accord avec Fulie au sujet du cornichon !

    Posté par , le 22.01.06 à 19:44

Poster un commentaire