avant la lettre

[pages en regard]

05.12.05

je t'ai aimée, un peu, beaucoup...

perle_de_petales
(Les Granges du Replat, Theys, Isère, le 5 nov. 05)

Le langage est la mémoire du monde. Il garde en lui tout ce que l’humanité a créé, commis, enfanté. La Nature est notre langage commun. Elle représente toutes les larmes du monde, et tous les sourires infusés à travers elles. Couper les fleurs reviendrait à nous couper de nos souvenirs. Et sans la voix du passé, il ne nous reste plus que le feu pour parler d’avenir.

Posté par Richard G le 05.12.05 - rouge - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

    J'en conclue que tu n'offres jamais de bouquets de fleurs !

    Posté par , le 05.12.05 à 13:33
  • Le langage ou l'écriture ?

    Posté par , le 05.12.05 à 13:54
  • Pourquoi pleure-t-elle ta marguerite ? Parce que tu t'es arrêtée à un peu, beaucoup....?!

    Posté par , le 05.12.05 à 14:56
  • Pour moi, ce sont les gouttes de pluie qui contiennent toutes nos larmes, nos soupirs et nos expirs si pollués... Les fleurs se nourrissent de ce substrat et pourtant, coupées, elles repoussent !

    Posté par , le 05.12.05 à 19:40
  • Esrelle, des roses des sables, des fleurs d'eau, des camélias aux dames, tant que tu veux !

    Jibé, viens pas me poser des questions existentielles s'il te plaît. L'écriture est le langage d'abord.

    Nigritelle, passionnément, à la folie, ça fait un peu peur aux fleurs, parfois, non ?

    Alpha, elles repoussent, tu es sûre? Les fleurs du mal, peut-être. Mais j'en connaissais du bien qu'on n'a plus revu depuis le passage d'une autoroute ou la construction d'un lotissement...

    Posté par , le 05.12.05 à 22:27
  • Ah ben oui... Mais là, elles sont plus que coupées... Déracinées, laminées... Et en effet dans ce cas, disparues.

    Posté par , le 05.12.05 à 22:40
  • Le feu pour parler d'avenir en l'absence de langage, ça me rappelle une cruelle actualité !

    Posté par , le 06.12.05 à 09:21
  • Anne, je ne te le fais pas dire...

    Alpha, des stations entières de fleurs rares et notamment d'orchidées (je pense au sabot-de-vénus) ont été détruites par la seule main de l'homme aussi.

    Posté par , le 06.12.05 à 09:54
  • Richard, et des nigritelles, il en reste encore...??

    Posté par , le 06.12.05 à 10:42
  • Ben euh, Nigri, telle que tu existes, une seule il me semble ! Le genre Nigritelle ne me paraît pas menacé a priori, tant qu'il restera des pelouses alpines. Les botanistes ont segmenté des taxons pour en faire de nouvelles espèces il y a peu (un peu comme chez les Dactylorhiza).

    Posté par , le 06.12.05 à 15:10
  • J'en connais qui n'aiment pas se faire offrir des bouquets de fleurs coupées. Tu crois que c'est parce qu'ils pensent au fond d'eux, qu'ainsi ce sont des souvenirs coupés de leurs racines.
    Un peu comme ceux qui ne veulent pas être pris en photo de peur qu'on leur vole leur âme ou leur image ?

    Posté par , le 06.12.05 à 15:59
  • La Nature est ansi la mémoire universal du monde...
    Tu crois qu'il faut la regarder d'autre perspective pour ne pas l'oublier?

    Posté par , le 06.12.05 à 21:47
  • une jolie "marguerite", déjà humide avant même de l'avoir déshabillée en lui disant doucement des mots d'amour. C'est plein d'espoir!

    Comme disait le poète : on ne coupe pas les fleurs, on les couche.

    Posté par , le 06.12.05 à 21:52
  • La terre est mémoire, mémoire d'avant les hommes et langage au delà des mots. Eau de là. Eau de vie. Eau forte.
    Ta photo est superbe. Je la cueille avec les yeux.

    Posté par , le 06.12.05 à 22:47
  • c'est joli ce cadrage serre.
    comme dit mon copain anglais "flowers fix everything"

    Posté par , le 07.12.05 à 11:41
  • L'écriture est une floraison qui ne coupe pas les racines. Elle prolonge celles du langage, cette sorte de terreau commun que nous retournons parfois comme des brutes épaisses. J'ai toujours aimé les gestes des jardiniers et ceux des photographes qui n'abîment pas ce qu'ils protègent en silence avec leur lent regard. Je ne sais pas si c'est une question existentielle, en tout cas c'en est une qui témoigne de la vie, coupée ou pas de la vie onirique et sensuelle.

    Posté par , le 08.12.05 à 20:33
  • Tres heureuse fetes

    Que ces jours de fetes se passe dans la joie et la douceur

    Claudette & Richard
    http://survenant.canalblog.com/

    Posté par , le 23.12.05 à 03:33

Poster un commentaire