avant la lettre

[pages en regard]

27.10.05

oronge au désespoir

oronges
(amanite des Césars, dite oronge, Amanita caesarea, Drôme, le 21 sept.03)

L’automne brille de feux tardifs et ses bois en prennent ombrage. Ces généreux soleils que nous avions cueillis entre les gouttes d’orage les autres années, le tarissement des saisons semble les avoir éteints. L’oronge, champignon royal des collines méridionales, n’a pas poussé. Sa chair croquante au léger goût de noix verte, éblouissante crue sous un rai d’huile d’olive, restera cette fois un souvenir. L’oronge se plaît pourtant les années chaudes mais 2005 l'est plus que de raison. Un automne calciné après les soifs âcres de juin et de juillet a malmené le cuivre des landes et lessivé les châtaigneraies. Nos paniers ramèneront l’espoir doré d’années plus conciliantes, mais on dirait bien que celles sans oronges nous font vieillir un peu plus vite.

Posté par Richard G le 27.10.05 - jaune - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    Un rai d'huile d'olive, mais pas plus, pour ne pas masquer le goût. C'est malin, j'ai une envie folle d'une délicieuse poellée de champignons, maintenant, et entre l'année pas très faste et Paris, j'en suis bonne pour une journée à saliver sur la photo !

    (A propos de photo, j'aime beaucoup celle de ta colonne, tu y as un air juvénile tout à fait réjouissant !)

    Posté par , le 28.10.05 à 09:08
  • Anne, drôle d'année pour les champis. Bonne mais tardive pour les morilles, précoce et raccourcie pour les cèpes et les girolles. Depuis la mi-septembre, les bois des plaines et collines sont curieusement(presque) vides. La situation est meilleure sur les versants nord de moyenne altitude. Bon, il te reste les champignons de Paris !
    (pour l'air juvénile, je le retrouve dès qu'une cueillette de champis s'annonce!)

    Posté par , le 28.10.05 à 09:39
  • Chez moi....

    Chez moi encore quelques cèpes font le bonheur des promenades dominicales....et des oeufs au fond de la poële...
    PS: nouvelle photo qui permet de suivre les tiennes de saisons, Richard!

    Posté par , le 28.10.05 à 17:42
  • O ronge ta main

    Si, pôvre Richard, tu ne trouves plus de champignong pendang la saisong dans la Drôme...applique dong le dictong familial qui ne faisait rire que les nong consommateurs de champignongs ( nong de Paris car ceusses là y sont tout blangcs, tu dirais des endives en grelots pour les Parigots) : " Si tu as faim, peuchère, ronge ta main et garde l'autre pour demaing !".
    Sans champignon la forêt est comme une fée sans baguette, et çà Môssieur, c'est du grave de grave comme information...

    Posté par , le 28.10.05 à 21:20
  • et moi qui me réjouissais que le temps soit si doux ...

    Posté par , le 29.10.05 à 10:15
  • Je laisse ma barque filer, Richard, mais je demande votre compréhension.On y va.
    Nous inflingeons à la terre de successives et impitoyables blessures.Elle, génereuse, (même si elle garde la memoire)nous perdonne.
    Chez nous, en Espagne, il y avait un extrême sécheresse, mais les pluies sont arrivées en octubre et nous avons le cadeau de vivre à nouveau un automne plein de melancolie. Comme toujours, depuis toujours, il y a des instants de bonheur ineffable: on fait la randonnée en traversant les bois :les pluies de l'automne nous donne l'espoir et aussi les cépes,morilles,girolles,mousserons,champis, amanites...
    le parfum douceâtre des feuilles mortes,couleur d'ambre,un vrai tapis
    rougeâtre,jaune orangé ( pas "orongé", malhereusement, si je peux faire ce jeu de mots) dont l'odeur profonde, et humide nous impregne.Il y a toujours de l'espoir,Richard.Il y aura des années plus conciliantes, bien sûre.Carmen

    Posté par , le 30.10.05 à 12:43
  • je veux seulement ajouter une question:
    jusqu'a quel jour et à quel point la planète pourra nous pardonner? Carmen

    Posté par , le 30.10.05 à 13:53
  • Carmen, je ne suis pas sûr que la planète nous pardonne encore. Regarde les violences du climat, les séismes, et toute cette pollution qui se retourne contre notre santé, n'est-ce pas la colère de la nature?
    J'étais dans ton pays il y a exactement un an. Dans la campagne catalane pour y chercher des oronges, que je n'ai point trouvées hélas. Les habitants m'avaient confirmé que la saison était très mauvaise, en raison de la sécheresse. Oui, déjà...

    Gilda : réjouissons-nous de la douceur, tant que le froid n'est pas encore complètement nécessaire à l'équilibre de nos saisons.

    Marie.Pool : Aux dires des méridionaux, et ce n'est donc pas Domy qui me contredira, la saison des champis est bonne dans le Languedoc. Des infos me sont parvenues de la forêt de Lespinousse, près de Béziers, où l'on ramasse actuellement les cèpes par cagettes entières. La région a "bénéficié" d'anormales entrées maritimes durant septembre et début octobre, favorisant la poussée.

    Posté par , le 30.10.05 à 14:04
  • Un rayon de soleil, ton image...

    Posté par , le 30.10.05 à 20:55

Poster un commentaire