avant la lettre

[pages en regard]

17.10.05

définition du chagrin

gouttes1
(Meylan, Isère, le 17 oct. 05)

La trace d'un envol mais sans les oiseaux, le bruit de l'eau mais sans bruit. Le goût de sa bouche, juste en souvenir.

Posté par Richard G le 17.10.05 - les yeux d'Hélène G - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    Bizarre, hein...

    C'est beau mais ça fait pas trop envie.
    Alors que la mélancolie...

    Posté par , le 17.10.05 à 22:12
  • c'est tés chouette..moi ce soir j'y vois non pas un envol d'oiseaux mais simplement un rapace!

    falo.

    Posté par , le 18.10.05 à 02:35
  • Jolie définition.

    Posté par , le 18.10.05 à 09:28
  • Emois doux et sucrés
    Feux de joie d'un hier
    C'est un silence glacé
    Où fleurissent nos vers?

    Posté par , le 18.10.05 à 09:43
  • J'aime tes mots...et j'adore la pluie...

    Posté par , le 18.10.05 à 12:07
  • et pluie c'est tout

    Je vais désacraliser le cliché mais tant pis : cette photo a été prise depuis l'intérieur de ma voiture et alors que je me trouvais dans un centre de lavage auto. Il faisait très beau hier à Grenoble.

    Posté par , le 18.10.05 à 13:05
  • Ah non, non, il ne fallait pas le dire !

    Posté par , le 18.10.05 à 13:55
  • Une station de lavage de cerveau ?

    Hi hi hi... ça fait rien !
    C'est un peu comme les larmes de cinéma. Si l'histoire est belle, on y croit, et les acteurs aussi.

    Posté par , le 18.10.05 à 16:42
  • LVN : C'est ce qu'on peut appeler le traitement des eaux usées...

    Jacques : Désolé. Je n'aime pas laisser mes lecteurs dans la mystification.

    Posté par , le 18.10.05 à 16:55
  • le chagrin peut nous rendre, en effet, à l'image de ces traces d'eau sur la vitre d'une voiture : déchiré, craquelé de l'intérieur, le cerveau n'étant plus qu'une infâme bouillie douloureuse...les yeux ne voient plus, tant le regard est tourné vers la tourmente qui se passe à l'intérieur.

    Posté par , le 18.10.05 à 17:45
  • Nous n'étions pas mystifiés, Richard, nous étions charmés...

    Posté par , le 18.10.05 à 18:42
  • Rincer ou Essuyer ?

    Faut-il consoler le pare-brise ou la machine auto-laveuse au mécanisme lacrymal très vénal ?
    Je confirme, à Grenoble, le soleil ensoleille gratis.

    Posté par , le 20.10.05 à 15:18
  • Comme quoi, la beauté n'est pas toujours là où on l'attend ! Et je trouve cela réjouissant.

    Posté par , le 21.10.05 à 22:29
  • La photo est belle quand même... alors, qu'importe le flacon !
    Quant au chagrin, il a le goût du chagrin. Amer ? Acide ? Pas sucré en tout cas. (Et le goût de sa bouche, j'en rêve encore).

    Posté par , le 22.10.05 à 22:54

Poster un commentaire