avant la lettre

[pages en regard]

26.09.05

opposition diamétrale

roue
(Les Garennes, Montvendre, Drôme, le 25 sept.05)

Il commence à se faire tard dans le monde. Cœur en jachère, vol de larmes sous les plombs froids : l’automne rappelle toujours quelque chose, sans que l’on sache dire quoi. Aucune voix ne monte du versant d’en face. Ah si ! Une certitude : jamais nous n’avons été aussi loin du printemps.

Posté par Richard G le 26.09.05 - vert - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

    Wow ! J'ai capté ! Douze rayons sur la roue qui représentent les douze mois de l'année non? Avec un côté vert et l'autre sombre, comme l'été et l'hiver. Trop fort.

    Posté par , le 26.09.05 à 23:22
  • moi l'automne, a toujours été une de mes saisons préférés,

    en fait je sais pas bien définir le pourquoi,

    les terres sont gorgées d'eau et de parfum, dans l'arrière pays, à la campagne.

    on déambule parfois, encapuchonnés, les yeux baissées, les narines frétillantes, le pas léger...l'oeil hagard.

    j'aime surtout me promener, et sentir en moi, le froid qui s'immisce , progressivemnt, en nous..

    valà, j'ai fini mon poème!lol!

    salut !
    falo

    Posté par , le 27.09.05 à 08:30
  • On tourne en rond d'une saison à l'autre...dans la boucle dodelinante des révolutions ...on compte ,et à la longue, la mesure enfante le temps...et sans le temps ..pas d'histoire.
    (source: Richard G )

    Falo, vos mots sont (presque) aussi beaux que vos photos..

    Posté par , le 27.09.05 à 09:06
  • la roue tourne, et ainsi en va de même pour les saisons.
    Qui jusqu'à quel point l'automne et ses maints feuilles qui tombent n'est pas aussi une allégorie à nos années qui s'enfuient. On se souvient qu'on les a vécu, que tout cela est passé.
    On sait que le printemps reviendra ... mais pour nous, point de cycle, juste une ligne droite vers la mort.

    Posté par , le 27.09.05 à 09:36
  • à Mamzelle lili

    euh merci mais je déconnais là, le saviez vous?LOL.

    encore Merci, Mamzelle Lili.

    falo

    Posté par , le 27.09.05 à 10:47
  • à Richard G

    richard , je vous ai mis mes nouvelles coordonnées mail, perso.. j'ai encore des soucis pour créer une vraie boite mail correspondant à falo..

    bon , là j'ai du courrier à faire, à la main.

    tant pis pour eux.

    vous l'avez reçu mon bisou, d'hier?

    falo

    Posté par , le 27.09.05 à 10:51
  • on n'a jamais ete si loin du printemps.
    exact.
    tout de suite, ca remonte le moral.
    Mais en fait j'aime toutes les saisons, et je crois bien que l'automne est ma saison preferee, et le fait qu'elle annonce la saison du ski est pure coincidence

    Posté par , le 27.09.05 à 11:15
  • Wow ho Ho !!
    Ca va, ou bien ? Dites, je vous ferais dire qu'on s'en approche tous les jours, du printemps. AlOrs !
    'pas vrai, ça !

    Posté par , le 27.09.05 à 13:15
  • Comme dit Demo,la roue tourne et il vaut mieux.
    Soit comme la marche rythmée des saisons, avec quelque chose de paisible. Soit avec sa nuance un peu dramatique des destins qui se répètent.
    Chacun se promène entre les deux, le temps de faire son tour de manège.

    Posté par , le 27.09.05 à 15:31
  • Une seule façon d'échapper à cet essieu qui broie, demeurer au centre du temps et faire de l'instant une éternité. On y est seul ? De toute façon on "nait tout seul, on meurt tout seul", alors...

    Posté par , le 27.09.05 à 16:33
  • Martine, j'suis d'accord, pour la solarité esseulée de soi. Hélas.

    LVN : La roue tourne, et le bonheur des uns fait le malheur des autres, et vice versa et autant en emporte le vent et puis c'est comme ça, la la la...

    Jibé, j'ai pas le droit d'avoir le blouze, dis? Le blouze, ça veut dire que je peine... mais non, pas Johnny quand meme.

    Pintel, grand skieur devant l'éternité des neiges? Ah, et tu viens fourbir tes spatules dans les Alpes françaises de temps en temps? (J'dis ça, parce qu'on devait déjà ramasser les cèpes ensemble l'an passé)

    Merci Falo, j'ai tout reçu de vous, j'ai tout collé au bon endroit, et pis merci aussi pour le poème, dont Mamzelle Lili s'est délecté à juste titre.

    Demo, voilà le mot fatal, létal, qui conclut ton commentaire, celui que je n'osais point mettre. C'est bien l'automne qui tue. L'hiver, lui, se contente de dissoudre les cadavres et d'effacer les traces.

    Seb, je ne l'avais pas vu aussi loin, mais je prends volontiers, merci !

    Posté par , le 27.09.05 à 18:45
  • Euh mouiiiii, mais depuis que je me suis eclate une epaule en tombant a ski l'hiver passe je crois que je vais opter pour les raquettes cette saison

    Voire me specialiser dans la raclette, pour etre sur.

    T'inquietes, un jour nous irons z'aux cepes z'ensemble l'ami

    Posté par , le 28.09.05 à 12:44
  • "Jamais n'avons-nous été aussi loin du printemps" ou du versant d'en face ?

    Ce qu'il y a de bien avec la montagne, c'est que quand le brouillard est dans la vallée et semble y être pour l'éternité, on monte, on passe au dessus des nuages et le soleil nous rit aux éclats.
    Quand le brouillard s'installe dans notre coeur, on sait que le soleil est toujours là quelque part et qu'il reviendra. Alors on peut plonger dans le gris du coeur sans crainte... on donnera bien le coup de talon instinctif qui nous fera remonter à la surface à temps pour le lever du soleil... Autant savourer les coups de spleen.

    Posté par , le 02.10.05 à 21:41

Poster un commentaire