avant la lettre

[pages en regard]

29.06.05

décolletage

trolle_fane_blog_filtered
(pulsatille des Alpes, Pulsatilla alpina - Col de Nordy, Saint-Michel en Beaumont, Isère, le 11 juin 05)

On s’aime, un peu, beaucoup, passionnément… Et puis un jour, plus du tout. Mais longtemps après la fanaison, les cheveux gardent la douceur des mains qui s’y étaient perdues.
                                        ______________________________

On ne peut pas se préserver d’avoir été. La porte qu’on fait claquer derrière soi, c'est encore de l’amour qui résonne.

Posté par Richard G le 29.06.05 - jaune - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires

    Par hasard sur ton blog, après une récente rupture donc un claquage de porte et ton petit texte sonne tellement juste que je ne peux pas m'empêcher de mettre un commentaire ...

    Bonne continuation pour ton blog

    Posté par , le 29.06.05 à 00:48
  • L'amour qu’on fait résonner devant soi, c'est encore une porte qui s'ouvre.

    Posté par , le 29.06.05 à 15:08
  • Jardin botanique.

    Quand les fleurs de l'amour sont fanées, il reste les racines...et au printemps prochain , d'autres refleuriront...
    Dites , Richard, auriez délaissé votre jardin?

    Posté par , le 29.06.05 à 16:22
  • Pitié pour les gonds !

    Arrêtez d'agresser les portes lorsque vous entérinez une rupture. Elles y sont pour rien et lorsqu'elles claquent ,ça leur file des frissons de bois qui les rendent grinçantes et méfiantes.
    Moi , si j'étais une porte,je me refermerais sur les doigts des amants trop bruyants, pour leur apprendre à ménager les gonds...Non ?

    Posté par , le 29.06.05 à 22:06
  • Ha ?

    Ben là, j'espère que tu as raison mon Richard...
    Mamzelle Lili, je retiens l'histoire des racines !

    Posté par , le 29.06.05 à 22:06
  • J'essairai de me souvenir de cette photo magnifique la prochaine fois que je prendrai des granules homéopathiques de Pulsatilla. Je ne me souviens plus trop ce que ça soigne... Peut-être les chagrins d'amour ?

    Posté par , le 29.06.05 à 23:10
  • Cette porte claquée me fait écho, même si j'ai la chance de ne pas réellement (récemment ?) connaître de rupture.
    Ce sont une fois de plus les mots justes.

    Et toujours ces photos de beauté que dans ma jungle urbaine bien-aimée je ne saurais croiser ailleurs qu'ici. merci.

    Posté par , le 30.06.05 à 07:49
  • POur éviter de claquer la porte, on peut se jeter par la fenêtre aussi, un corps qui tombe et ce sont les cheveux des anges dans lesquels nos mains se perdront.

    Posté par , le 30.06.05 à 09:25
  • il y a les gens qui voient les choses telles qu'elles sont ou ont été et qui se demande pourquoi. Moi, je les vois telles qu'elles pourraient être et je me dis pourquoi pas...

    Posté par , le 30.06.05 à 12:30
  • magnifique

    Posté par , le 30.06.05 à 12:41
  • cheveux perdus

    le court vous va bien jeune homme, chui toute émue ..

    Posté par , le 30.06.05 à 12:47
  • belle photo qui m'inspire tim burton et ses personnages...

    richard j'ai ouvert mes commentaires a nouveau..je te permets si tu le souhaites..d'y faire des commentaires.. mm idiots..mais uniquemnt TOI!

    un bisous

    falo

    Posté par , le 30.06.05 à 13:03
  • superbe photo....mais le texte me touche encore plus cette fois ci....

    Posté par , le 30.06.05 à 20:41
  • Tout cela est si joliment dit, euh écrit, comme toujours cher Richard...

    Posté par , le 02.07.05 à 14:41
  • Un Amour clos, laissant de beaux et doux souvenirs... Mais ne t'empêcherait-il pas de te souvenir de l'avenir? Je ne vois aucun Espoir dans ton écrit, comme s'il n'existait pas. Prends le temps d'avoir espoir et l'amour reviendra.

    Posté par , le 02.07.05 à 16:32

Poster un commentaire