avant la lettre

[pages en regard]

10.05.05

tous les oiseaux ne ressemblent pas à des chaises

(trois autruches, Halali, pan Etosha, Namibie, le 12 août 03) - Tu as vu, là, je crois que des bloggers nous regardent ! - Où ça ? - Je crois qu’ils attendent de nous que l’on s’envole aussi. Ne les habituons surtout pas à ce genre de petit caprice.
Posté par Richard G à 21:42 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

09.05.05

from outter space

  (chaise volante, Clelles, Isère, le 08 mai 05) Tout petit déjà, je m’emparais des objets de toutes matières pour étudier leur comportement aérien par-delà les balcons. Vers trois ans, je ne pouvais guère agir que sur des demi-meules de gruyère et des couverts. Avec l’accroissement (relatif) de ma masse musculaire, je pouvais un peu plus tard procéder à l’analyse gravitationnelle des panières, d’un aspirateur, voire d’un petit lit pliant dans les mêmes conditions d’expérimentation. J’ai dû atteindre ma pleine capacité... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 14:07 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
07.05.05

jungle life

(Misumena vatia et Syrphus ribesii sur ficaire, Col des Deux, 1200m, Gresse-en-Vercors, Isère, le 7 mai 05) Tel est surpris qui croyait prendre ! Ou comment une photo ratée révèle son intérêt une fois rentré au bureau. Je n’avais pas vu sur le terrain la thomise, cette araignée qui change de couleur selon la fleur où elle se trouve : l'objectif était guidé vers les zébrures de l'insecte, que je croyais affairé à butiner... Heureusement que je ne suis pas une mouche, je me serais fait croquer à mon tour !
Posté par Richard G à 19:45 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
04.05.05

lignes brisées

  (N 31°06'09''.0 W 003°57'39''.2 - erg Chebbi, Merzouga, Er Rachidia, Maroc, le 13 avril 05) N’est-il pas de géométrie plus savante, de ligne plus monumentale que celle tracée par le vent et vernie par le soleil ? Dans le désert, il y a deux artistes : le souffle du ciel est architecte, l’astre ébloui est peintre. En son creux, l’oasis livre une guerre indolente à son ombre : figés dans un contre-jour implacable, les palmiers font figure de soldats vains. Leurs grands sabres épineux, ils les brandissent contre ... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 22:32 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02.05.05

on marche, c'est tout

  (erg chebbi depuis la piste d'Erfoud, Er Rachidia, Maroc, le 11 avril 05) Ce qui n’est pas ne sera plus, ce qui fut ne peut changer. Le désert, ce n’est pas seulement l’immensité minérale qui s’étire au devant de nos pas, le désert est aussi le moment où l’on perd le sens de chaque chose et ses repères et ses figures. Il est dans l’heure qui fuit entre les tilleuls sans ombre, dans le chaos immobile des saisons qu’un trille d’oiseau vient brièvement d’éclairer. Le désert ensable la course des siècles après le souvenir... [Lire la suite]
Posté par Richard G à 12:32 - - Commentaires [12] - Permalien [#]