avant la lettre

[pages en regard]

29.05.05

l'or qui déçoit

ophdru_filtered
(ophrys drômois - Ophrys drumana, Col de Mézelier, Châtelus, Isère, le 28 mai 05)

La satisfaction du botaniste en herbe, à la rencontre d'une nouvelle espèce, est vite froissée par le résultat des photos : la structure complexe et l'éclat hétérogène des orchidées permettent difficilement d'en apprécier le charme sur une image aplanie. A moins de réinventer la plante par un travail artistique ou de la dénaturer par une prise de vue pour la science, il paraît peu possible, pour l'heure, de mettre en scène la propre joie de l'observateur. D'ailleurs, à bien les regarder, on dirait toujours que les orchidées vont pleurer.
Douze nouvelles images complètent peu à peu l'herbier photographique dans la colonne à droite (orchidées d'Isère).

Posté par Richard G le 29.05.05 - rouge - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    De face, on dirait une orchidée qui attire les insectes nectarophiles par un nounours. Qui se propose pour développer le métier de psy pour ruche ?

    Posté par , le 29.05.05 à 02:40
  • Garg, le rapprochement orchidées-animaux a été souvent établi. Nombre de ces fleurs ont un nom qui évoque cette ressemblance : ophrys bourdon, o. araignée, orchis singe, néottie nid-d'oiseau... Il faut dire aussi que leur mode de reproduction est hyper-sexué.

    Posté par , le 29.05.05 à 11:16
  • Ah, si l'objectif pouvait voir ce que nous voyons, nous... La vérité du monde serait différente.

    Posté par , le 29.05.05 à 11:16
  • joli néanmoins .... Je te ferai passer quelques photos, prises dans les pyrénées, qu'on puisse comparer nos objectifs

    Posté par , le 29.05.05 à 12:32
  • je te trouve bien sévère par rapport à cette image.

    Posté par , le 29.05.05 à 15:05
  • Un peu comme...

    ces brins d'herbe trouvés dans les pages de mon livre..ils ne disent rien de la couleur du soir, ni de l'air chargé d'odeurs, rien du bourdonnement des insectes..rien de la magie de cet instant où tu les glissas, là, où nos yeux se posaient...

    Posté par , le 29.05.05 à 15:10
  • On dirait qu'elles vont pleurer...

    Je n'aimais pas les orchidées...Je les associais invariablement aux fleurs sous cloche que je voyais sur le guéridon ou le buffet ciré des personnes âgées ou sur les tombes qu'elles aimaient visiter...Longtemps j'ai évité les orchidées à l'éternité trompeuse, un peu comme les scorpions dont on dit qu'ils résistent à la radioactivité... Suspect,éminemment suspect ! Et toi tu nous dis simplement qu'elles sont des pleureuses virtuelles...Alors, là ça me va... Celle-ci de près ressemble à une minuscule poupée de velours avec des ailes pour échapper à la prédation ... L'orchidée nous ressemble, hologramme de nos fragilités, je comprends mieux mon trouble ancien... Je vais apprendre à les regarder sans m'inquiéter... (Mon fils m'en a offerts sans savoir... et j'ai dit Merci !).

    Posté par , le 29.05.05 à 15:24
  • Jour de velours...

    Jacques, je suis entièrement d'accord avec toi : S'il existait un moyen de relier les émotions de notre esprit à toute cette technicité sans cesse évoluant, que de surprises alors pourrions-nous voir.
    Une plus grande précision, un sens du détail, de la pureté aussi.
    Mais nous serions alors bien envahis d'une telle multiplicité des sensibilités...Proches alors d'un capharnaüm terrible, nous poussant alors à nouveau dans des combats sans fin, des quêtes illusoires, des guerres virtuelles...

    L'orchidée a en elle une certaine magie qui pousse à la vérité du toucher, tout en se jouant de son aspect presque surfait.

    Posté par , le 29.05.05 à 16:00
  • quizzz

    Cher R.
    tu peux me dire quel célèbre photographe de presse américain ( et botaniste à ses heures) n’utilisait la couleur que pour immortaliser les fleurs... et son épouse?

    tu gagneras ainsi l’honneur de ma considération distinguée.

    Posté par , le 30.05.05 à 13:33
  • Je ne la trouve pas pleureuse... j'y vois plus un visage colérique, aux sourcils froncés et aux grandes dents... c'est p't'être qu'elle en a ras le bol qu'on la prenne en photo !! Mais te faire ça à toi, c'est pas cool. Pas cool du tout !

    Posté par , le 30.05.05 à 13:58
  • Mais on en trouve de ces choses dans l'Isère !
    Comment veux tu faire une balade dans ce coin sans s'arrêter tous les 2 mètres. En plus il faut porter au moins 50 kilos de pellicule photo à chaque coup !
    Pfiou !

    Posté par , le 30.05.05 à 14:49
  • Les top-models, c’est pas comme les orchidées : c’est quand tu les vois au naturel que tu es déçu…

    Posté par , le 30.05.05 à 15:25
  • Pour ma part, je vois plutôt une très jolie fée vêtue d’une robe de velours qui attire l’œil du curieux… …..ah la la Richard, tu t’es laissé piéger !!
    Tes photos sont, malgré tes remarques, splendides.

    Posté par , le 30.05.05 à 17:24
  • Raph : Quand tu veux...

    Blacerbus : Ben oui, mais chez Jibé par exemple, les orchidées sont plus belles.

    Mamzelle Lili : Mais il suffit de fermer les yeux et alors, tout revient...

    Marie Pool, il est vrai que certaines orchidées exotiques peuvent rester en fleur très longtemps (plusieurs mois dans mon appart'). Mais la plupart de nos plantes indigènes ont une durée de vie beaucoup plus courte. Et dépendante de tant de paramètres...

    Agnès : J'aime bien ta description de l'orchidée, ce que tu nommes son côté surfait. Heureusement, certaines se distinguent aussi par une certaine... mocheté, n'ayons pas peur des mots (la listère à deux feuilles ou la néottie nid-d'oiseau par exemple, cf album photo)

    Ozeis, je retiens ta requête, mais entre nous, je ne suis pas sûr du tout de trouver. Quelqu'un dans l'assistance pour aider notre ami Ozeis ?

    Jibé : Des grandes dents? Où ça? C'est que tu dois avoir faim, toi. T'as mangé quoi dans les Causses??

    LVN : L'Isère est un département doté d'une riche biodiversité. Et l'un des plus fournis en orchidées (près de 80 espèces), grâce à sa mosaïque d'habitats variés du nord au sud, et à sa confluence entre climats montagnards, continental et méditerranéen.

    Swahili : ah bon ? Je n'irai pas les cueillir alors

    Aud : Belle imagination ! Et moi coeur d'artichaut face à la Nature, encore victime de ses atours, je deviens un vrai légume. Dans les choux. Paumé.

    Posté par , le 30.05.05 à 18:41

Poster un commentaire