avant la lettre

[pages en regard]

18.05.05

no mad's land

barri_re_filtered
(région de Solitaire, Naukluft Park, Namibie, le 2 août 03)

Pour s'emparer des choses, il faut leur inventer un espace, une zone. Sans limites, pas de repères. Sans repère, la peur. A ce monde libre et mouvant nul n’est retenu alors la pensée se cherche des garde-fous. Un bastingage. Mais les cadastres épuisent la poésie. Le quadrillage de l'âme est une prison pour le bonheur. Entaillé, cloisonné, fragmenté, le pré du monde envoie paître des animaux dotés d’œillères étroites : l’homme, dans le redécoupage toujours plus serré de son terroir (géographique, sensoriel, politique ou intellectuel), oublie la perspective, l’échange, l’allant, le rêve. Tout ce qui manque déjà aux défenseurs officiels de la belle, de la merveilleuse idée de l’Europe.

Posté par Richard G le 18.05.05 - bleu - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    50/50

    oui et non, il faut bien aussi des limites...non ?

    allezzzzzzzz je blague !!)

    Posté par , le 18.05.05 à 13:24
  • J'adore ton petit texte !

    Posté par , le 18.05.05 à 15:20
  • Oui, tu es un fou sympathique.

    Posté par , le 18.05.05 à 15:31
  • C'est bel et bien dit.
    Que tous ceux qui sont tentés de nous parquer dans des enclos n'oublient pas que de toutes façons nous ne reconnaissons rien d'autre que nos propres limites.

    Posté par , le 18.05.05 à 17:06
  • cette photo me rappelle beaucoup les images du film Rabbit-proof Fence, qui se passe en Australie (vraie histoire)... si tu l'as pas vu tu devrais!

    Posté par , le 18.05.05 à 18:20
  • Emprunts.

    Puisse t-il en aller du Monde comme va votre âme d'enfant...
    L'Europe n'apporte pas de solutions au devenir de la Planète...je veux penser plus grand et votez pour ceux qui seront là demain...ceux qui nous ont prêtè la Terre...

    Posté par , le 18.05.05 à 18:46
  • ___

    Béa oui il en faut, des limites. Jusqu'à une certaine... limite. L'utilité marginale de la limite est celle qui ne modifie pas la réalité. Au-delà, gare !

    LVN : c'est bien et beau dit !

    Miss lulu : pas vu le film mais je connais bien la musique signée P. Gabriel

    Mamzelle Lili : ce que nous empruntons est proposé à un taux d'intérêt exponentiel. Et nous tirons déjà des chèques en bois (tropical) dessus...

    Jad : chouette !

    Jacques : ah bon ?

    Posté par , le 18.05.05 à 20:06
  • Cette photo illustre tres bien le concept de vanité je trouve.

    Sinon, j'ai failli ecrire la meme chose que miss lulu

    Posté par , le 18.05.05 à 20:11
  • Propriété

    "Pour s'emparer des choses"... n'est-ce point là le problème ? lorsque certains disent : "cette terre est mienne, ses ressources, j'envahis pour posséder, je détruis pour mon propre compte. Je raisonne à l'amplitude de mon pré carré et non à celle de la planète et de ses habitants". Je souhaiterais, ne rien posséder, pour ne pas participer à ce carnage, j'aimerais me détacher du peu que je possède... j'aimerais, bientôt,... c'est certain et c'est tant mieux.

    Posté par , le 19.05.05 à 22:30
  • Peut être que c'est en se confrontant a nos propres limites que nous decouvrons ce que nous sommes.

    Posté par , le 21.05.05 à 00:35
  • La route, la lande, la friche, la clôture

    TEXTE libre ( ou prenant sa liberté) :
    Albanie Albanie...

    Marcher,s'immobiliser, apprivoiser la clôture, marcher, s'immobiliser, comprendre, faire avec, aimer parfois...rire souvent et rétrospectivement ... Regarder longtemps, suffisamment... pour connaître et reconnaître...
    Manger tout crûs les barbelés , bien mâcher les épines, recracher leur noyau d'ignominie à chaque carrefour....Digérer la poussière... Colorier le destin , le béton faute de mieux...

    Posté par , le 22.05.05 à 00:02

Poster un commentaire